Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Vers la fin de la grève des agents de la commune de Pamandzi

C’est un soulagement pour les habitants de la commune, mais aussi pour les agents municipaux et pour les élus, un accord a enfin pu être trouvé et signé hier en fin de matinée ouvrant la voie à une reprise des services.

 

Les agents de la commune ont déposé un préavis de grève le 9 février pour un démarrage de celle-ci le 21 février, l’issue a pu être trouvé hier après plusieurs séances de négociation, la dernière date de lundi, elle aura duré de 15h à 22h.

Au centre de la grogne, plusieurs protocoles qui n’auraient pas été mis en œuvre. Au moins deux sont mis en exergue par les protagonistes du mouvement un datant de 2016 et l’autre de 2019. Comme l’explique le Maire, il n’était pas en responsabilité aux dates de signature de ces documents, alors bien sûr si la continuité de l’administration est assurée, on ne peut pas lui reprocher l’absence de prise en compte des engagements. Madi Souf s’interroge aussi « pourquoi ne sont-ils pas venus me voir quand je suis devenu Maire ? nous aurions pu avancer depuis longtemps. »

 

Du côté des agents municipaux, les demandes sont plutôt légitimes puisqu’il s’agit essentiellement de mettre en place dans la commune de Pamandzi les outils permettant d’assurer le dialogue social et de coordonner la santé et la sécurité au travail. La commune accuse un retard considérable en la matière.

 

Les difficultés financières de la commune depuis de nombreuses années ont aussi pénalisé les agents, les programmes de formation ont été suspendus tout comme la promotion des carrières. Or, la formation des agents est essentielle pour les positionner au bon niveau pour permettre de faire évoluer la commune. Le Maire et son équipe ont entrepris depuis leur élection d’assainir les comptes, les choses avancent dans le bon sens, la valorisation des compétences pourra redevenir une priorité. D’ailleurs, le Maire a déjà commencé avec les agents de la Police Municipale. Un plan de formation va être élaboré, discuté et mis en œuvre en fonction des possibilités financières de la commune.

 

Dans le protocole signé, il est aussi question de la rémunération des heures supplémentaires qui sont effectuées par les agents, le Maire dans la négociation s’est attaché à expliquer qu’il était indispensable de respecter le cadre réglementaire et de faire voter les délibérations idoines. Le protocole décrit les modalités.

 

Le Maire et les représentants syndicaux se disent attachés au dialogue et espèrent que cette mandature permettra de renouer la confiance au sein de la commune.

En attendant, une reprise du travail qui aura lieu très vite, les jours de grève ne seront pas payés aux grévistes.

 

Anne Constance Onghéna

Articles associés