Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Les ministres de l’Outre-Mer et de l’intérieur publient une tribune en faveur de Mayotte

Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin était en voyage officiel à Mayotte en août dernier et ont à ce titre fait de nombreuses annonces. Ils reviennent sur le sujet mahorais à travers une tribune publiée dans le Monde de ce jour où là encore ils font des annonces pour le 101ème département tout en se montrant touchés par le territoire…

 

 “A Dembeni, au cœur de Mayotte, une chorale d’enfants chante avec ferveur La Marseillaise, en français et en shimaoré. Davantage que ce que nous pouvons entendre parfois en métropole. Cette image marquante de notre déplacement dans le 101e département de France est venue nous rappeler le profond attachement de ce territoire à la République. Oui, aux Mahoraises et aux Mahorais, nous devons un engagement sans faille pour leur offrir la même promesse républicaine qu’ailleurs dans notre pays.

Mayotte n’est pas un territoire délaissé de la République. Mayotte occupe une place de choix dans la politique gouvernementale. Par son histoire si française ; par sa position géographique, au cœur de l’axe Indo-Pacifique ; enfin, par notre mobilisation depuis le début du quinquennat pour faire face aux enjeux particuliers de ce territoire.

Preuve en est, le projet de loi annoncé à l’occasion du 10e anniversaire de sa départementalisation, le 31 mars, devant les élus mahorais réunis pour l’occasion. Il est rare qu’un projet de loi soit consacré à un territoire, et c’est la première fois pour Mayotte. Plus qu’un énième plan, c’est un changement concret de notre droit pour prendre en compte ses spécificités et accélérer son développement. Il permet enfin de regarder vers l’avenir en cessant de faire le bilan du passé, et de dresser une perspective pour Mayotte. A un territoire hors norme, il faut une réponse hors-norme et adaptée : c’est bien l’intention du gouvernement à travers ce projet de loi, à la demande du président de la République.

L’une des mesures phares de ce projet de loi, qui sera présenté en début d’année 2022, est la création d’un établissement public pour le Grand Mayotte. Chargé de l’aménagement du territoire, doté d’une capacité d’investissement, s’appuyant sur les collectivités locales dans le respect des compétences de chacun, cet établissement permettra de centraliser tous les grands projets pour mettre à niveau les infrastructures de l’archipel et les développer de manière cohérente. Cet établissement exercera ses fonctions jusqu’à 2031, date à laquelle nous fêterons les 20 ans de la départementalisation et qui se dessine comme une échéance raisonnable pour parachever ce processus.

Cet horizon, c’est aussi l’objectif que nous souhaitons nous fixer pour aller plus vite sur la convergence sociale, car il n’est pas normal qu’un citoyen français ait moins de droits sociaux qu’un autre citoyen français. Une conférence sociale se réunira très prochainement pour engager un dialogue entre les partenaires sociaux et les organisations patronales afin d’établir un calendrier réaliste, concerté et acceptable pour tous. Pour contribuer à accélérer le développement de Mayotte, tout en respectant le patrimoine naturel exceptionnel de l’archipel, les normes de construction seront également allégées…”

 

 

Articles associés