Top pub

Production de l’eau à Mayotte : Le préfet tente de rassurer la population  

Invité de la matinale de KTV, le préfet de Mayotte, Thierry Suquet, se veut rassurant quant à la production de l’eau sur l’île grâce, dit-il, aux « efforts considérables » des citoyens et les mesures préventives pour garantir l’approvisionnement en eau.

Dans son intervention, il a apporté des éclaircissements essentiels sur la situation actuelle de la production d’eau potable dans le département. Face aux préoccupations croissantes, légitimes, concernant la disponibilité de cette précieuse ressource, il a assuré qu’il y aura un début de retour à la normale à partir début novembre prochain.  

« Une baisse significative de la consommation d’eau a été observée, avec une réduction de 25%. Cependant, la réserve en eau de la retenue de Combani s’épuise plus rapidement que prévu, ne se maintenant qu’à 24% de sa capacité », a-t-il indiqué.

Les nouvelles mesures de restriction sur la distribution de l’eau annoncées hier, se prolongeront, selon lui, jusqu’à début novembre, date où les « travaux urgents entrepris par les Eaux de Mayotte commenceront à porter leurs fruits, en se substituant à la réserve d’eau de Combani ».

Parmi les actions entreprises pour garantir un approvisionnement régulier en eau, qu’il a citées, on compte l’interconnexion pour une distribution plus équitable, le colmatage des fuites et la création de nouveaux forages. De plus, l’achèvement de l’usine de dessalement à Petite Terre est prévu pour fin novembre 2023, avec une capacité de production de 1700 m3 par jour, soit plus de 1000 m3 supplémentaires par rapport à la situation actuelle.

Le préfet a également rassuré la population en affirmant que l’eau continuera à couler régulièrement aux robinets, « garantissant ainsi la continuité économique, scolaire et sanitaire ». Les établissements prioritaires tels que les lycées, les collèges, les hôpitaux et les établissements de sécurité ne subiront pas de coupures, « sauf en cas d’incidents techniques ».

La vision à court, moyen et long terme a été évoquée pour résoudre cette situation. La première phase vise à préserver la ressource, suivie d’une deuxième phase visant à assurer l’approvisionnement jusqu’à la saison des pluies. La troisième phase ambitieuse vise à mettre fin aux rotations d’eau d’ici fin 2024. Pour concrétiser ces objectifs, la première tranche de la nouvelle grande usine de dessalement à Iloni est prévue pour fin 2024, avec une capacité de production de 10 000 m3 par jour. Enfin, le projet de la 3e retenue colinéaire, mené par l’EMA, est en cours, « avec des études foncières réalisées et des négociations foncières en progression », affirme encore le préfet Suquet.

Articles associés