février 02, 2023

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Les cargaisons de riz arrivent aux Comores mais pas sans mal et sans débordements notamment à Anjouan

Le Conseil des ministres comorien s’est tenu mercredi dernier au palais présidentiel de Beit-Salam sous la présidence du chef de l’Etat Azali Assoumani. Plusieurs sujets étaient à l’ordre du jour et notamment les importations de riz…

1000 tonnes de riz sont arrivées à Anjouan la semaine dernière mais non sans mal puisqu’elles ont généré des pillages et débordements, la population étant affamée. L’armée a tiré et repris le contrôle et assure aujourd’hui la distribution des céréales. En attendant, le navire a repris la direction de Dar es Salam pour la récupération de l’autre contingent de 780 tonnes, toujours à destination d’Anjouan.

1000 tonnes issues du don japonais sont encore arrivées samedi et les ministres ont validé l’achat de 12.000 et 15.000 tonnes de riz dans les semaines à venir afin de pallier aux difficultés financières rencontrées par l’Onicor (office national des importations de riz).

Or, pour que les pénuries soient un mauvais souvenir, il faudra encore patienter pour les comoriens. Les étals restent vides, les prix sont exorbitants et inaccessibles à la grande majorité et la colère gronde chaque jour un peu plus.

Les scènes de pillages à Anjouan en disent ainsi très long sur l’état d’exaspération des habitants qui se sentent oubliés du pouvoir central. Car le riz fait défaut, mais aussi le carburant avec notamment de délestages qui durent plusieurs heures par jour. L’inflation est galopante et surtout non maitrisée et les flux migratoire clandestins en direction de Mayotte pour fuir la faim ont sensiblement augmenté ces derniers jours, ce qui a de quoi inquiéter bien évidemment…

Samuel Boscher

Articles associés