juillet 19, 2024

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

La tranquillité publique à Dembeni est décidément un lointain souvenir pour les habitants

La situation semble s’enliser de plus en plus dans la commune de Dembéni, les gendarmes ont dû faire face, hier, à des violences d’un nouvel ordre.

Les faits se déroulent hier après-midi dans la commune de Dembéni, lorsque des gendarmes sont en patrouille peu de temps avant la sortie du lycée comme ils le font presque tous les jours pour assurer la sécurité des élèves.

Ils veulent interpeller un étranger en situation irrégulière. Selon les témoins présents non loin de là, l’arrestation ne s’est pas bien passée puisque l’ESI ne s’est pas laissé faire, il aurait visiblement pris l’arme d’un des gendarmes cherchant à l’interpeler, il aurait tiré sans toucher, par chance, qui que ce soit. L’ESI a été très rapidement maîtrisé.

Comme il en est d’usage en pareille circonstance, c’est-à-dire quand une arme d’un gendarme est utilisée, un rapport doit être réalisé, les gendarmes enquêtent pour refaire la chronologie précise des faits. Les gendarmes qui étaient selon toute vraisemblance en train de procéder à ce travail, ont été la cible, expliquent les témoins, de pierres qui les ont touchés. Selon les témoignages recueillis, l’un des gendarmes aurait été blessé à la tête par une pierre. Aussitôt, sa brigade s’est déployée pour à la fois protéger l’homme blessé et en même temps repousser les assaillants.

En parallèle, les réseaux sociaux faisaient circuler de fausses informations relatives à l’arrestation de l’ESI, les posts expliquaient que celui-ci aurait été tué par les forces de l’ordre. Ces messages pourraient expliquer les caillassages nourris dont les gendarmes ont fait l’objet.

Le reste de l’après-midi sera consacré par les gendarmes à ramener le calme et à disperser les assaillants. De nombreux tirs de grenade lacrymogène ont été entendus par les riverains.

Le calme n’est revenu dans le village qu’en tout début de soirée.

Articles associés