janvier 26, 2022

Top pub

20 et 18 ans de prison pour les agresseurs des gendarmes

Le 24 juin 2018 vers 15h00 à Mgnambani commune de BANDRÉLÉ, un dispositif opérationnel avait été  déployé par l’AGIGN en vue d’interpeller un homme faisant l’objet d’un mandat de recherche pour des faits multiples d’agressions et de vols à l’encontre de touristes.

Après avoir localisé l’individu à pied sur le bas côté de la route, 2 militaires en tenue civile avaient alors procédé à son interpellation mais l’intéressé s’était rebellé et avait sorti un couteau. Désarmé, il avait été plaqué au sol pour son menottage lorsque plusieurs individus avaient surgi de la végétation, prenant à partie les militaires par des jets nourris de projectiles et parvenant à les blesser avant de prendre la fuite avec la personne recherchée.

Très gravement blessées à la tête, les deux victimes avaient été exfiltrées par 3 gendarmes en renfort avant d’être héliportés vers le centre hospitalier de MAMOUDZOU. Présentant une fracture du crâne, l’un d’eux avait fait l’objet d’une évacuation sanitaire vers le centre hospitalier de SAINT PIERRE à LA RÉUNION où il ne sortira du coma qu’au bout du 6ème jour.

L’enquête diligentée par la section de recherche (SR) de PAMANDZI avait permis d’identifier les trois principaux auteurs des coups ayant blessé les deux militaires. Ils ont successivement été interpellés par l’AGIGN à l’occasion d’opérations conduites durant l’enquête de flagrant délit dans les communes de ACOUA et de BANDRABOUA. Placés en garde à vue, ils ont reconnu leur implication respective aux faits et feront l’objet d’une détention provisoire à l’issue.

Jugés du 24 au 26 novembre 2021 en Cour d’assise pour « tentative de meurtre aggravée », les deux premiers accusés ont été condamnés à 20 ans de prison tandis que le troisième a écopé de 18 ans de prison.

Articles associés