février 08, 2023

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Une journée pour rendre hommage aux morts pour la France lors des conflits en Afrique du Nord

Ce lundi 5 décembre 2022, Marie GROSGEORGE, sous-préfète, Directrice de cabinet du Préfet de Mayotte, s’est rendue au RSMA de Combani pour la journée nationale d’hommage « aux morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie.

Étaient présents, les élus, les autorités civiles et militaires et l’association des anciens combattants de Mayotte.

À cette occasion, la sous-préfète a lu le message de Patricia MIRALLES, Secrétaire d’État auprès du ministre des Armées, chargée des anciens combattants et de la mémoire.

« Depuis 19 ans, chaque 5 décembre, ce sont les souffrances de tous ceux qui ont combattu pour la France en Algérie, au Maroc et en Tunisie et de toutes les victimes, y compris celles des événements qui ont suivi le cessez-le-feu du 19 mars 1962, que la Nation reconnaît en leur rendant hommage »

En effet, la journée nationale du 5 décembre a été instituée par Jacques Chirac en 2003 en reconnaissance des sacrifices consentis pour la France par les militaires et les supplétifs lors de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie entre 1952 et 1962.

Lors de ce conflit, près d’un million et demi de combattants, militaires de carrière, appelés et rappelés, membres des formations supplétives et assimilées ou membres des forces de l’ordre, avaient servi la France en Afrique du Nord avec courage et détermination. Parmi ces combattants, 25 000 français avaient trouvé la mort alors que de trop nombreux civils étaient également les victimes de cette guerre. 

Le devoir de mémoire a donc bien été respecté.

Articles associés