janvier 16, 2021

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Un réseau de passeurs malgaches démantelé entre Mayotte et la grande île

Passeurs algaches

10h49 – Ce sont les médias malgaches qui révèlent l’information, mes policiers aux frontières mahorais ont surpris un canot transportant 3 membres de l’équipage et une vingtaine de passagers en provenance de Madagascar, le 27 octobre dernier. Ils ont été refoulés le jour même et incarcérés une fois arrivée sur la grande île où les autorités ne rigolent pas avec ce genre de trafic.
L’investigation du Service central des enquêtes spécialisées (SCESLFD) mahorais auprès a ainsi permis de retracer le fil des événements. Le canot identifié «Lakoky» avait quitté l’embarcadère de Nosy Be Dzamandzar, deux jours auparavant en mettant le cap illégalement sur Mayotte. Le voyage en mer a duré deux jours, la distance entre les deux îles étant de 200 km.
Mais une fois dans eaux territoriales mahoraises, la police aux frontières les a surpris et a procédé instamment à la fouille et la vérification des passagers. A part l’équipage, ils étaient 27 Malagaches à bord, dont 7 mineurs. Un voyage à risque car personne n’était équipé de gilets de sauvetage.

De son côté, la police nationale malagasy par le biais du SCESLFD a pris le relais. Les 3 membres de l’équipage ont été interpellés. Placés en garde à vue et interrogés, ils sont passés aux aveux.
En fait, les trois hommes n’étaient pas à leur 1er essai dans ce genre de voyage d’immigration. Il s’agit à ce titre d’un véritable réseau car l’hébergement des clandestins avant le départ avait été prévu, tout comme le transport sur l’embarcadère.
Plus encore, si tous les passagers arrivaient à bon port sains et saufs, une autre équipe devait se charger de les accueillir. Selon les suspects, ils donnaient rendez-vous aux intéressés, soit à Ambanja soit à Nosy Be avant de quitter la Grande île.
Le coût du périple varie de 2 à 3 millions d’ariary par personne, soit un peu plus de 600 euros. Pour chaque traversée, ils transportaient au moins 20 à 30 personnes, soit entre 12 000 et 18 000 euros par rotation, un marché très lucratif. Face aux aveux, les enquêteurs ont présenté les trois suspects au parquet le 29 octobre, tous ont été écroués.

Photo News Mada

Articles associés