février 08, 2023

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Un nouvel accident de la circulation fait une blessée très grave dans le Sud

Les ceintures de sécurité, ce n’est pas fait pour les cochons ! En effet, elles sauvent des vies et pourtant à Mayotte, nombreux sont les conducteurs et passagers à ne pas les mettre prenant ainsi des risques inconsidérés…

Un dramatique accident de la circulation s’est produit samedi dernier entre midi et 14 heures sur la route nationale à Sada menant vers le Sud de l’île, au niveau des lacets juste avant le site de Tahiti plage.

La route est à cet endroit dangereuse avec des enfilades de virages étroits offrant peu de visibilité. La déclivité de la chaussée n’arrangeant bien évidemment rien et appelle à la plus grande vigilance.

Bref, c’est l’un des fleurons du réseau routier mahorais…

Ainsi, un conducteur âgé a pris avec lui en voiture une dame qui faisait de l’autostop. Il a malheureusement perdu le contrôle de son véhicule sur cette portion très sinueuse et pour une raison qui demeure à ce jour inconnue. La vitesse trop élevée pourrait être en cause…

Dans tous les cas, ni le conducteur, ni sa passagère n’avaient bouclé leur ceinture de sécurité et ils ont percuté un arbre en bordure de chaussée avant de faire plusieurs tonneaux sur plus d’une dizaine de mètres. Le choc a été d’une extrême violence et la passagère souffre d’une blessure très sévère à la tête et son état a été jugé par les médecins qui sont intervenus sur place de gravissime. A l’heure où ces lignes ont été écrite, la malheureuse était toujours en vie mais son état ne présentait pas d’amélioration faisant ainsi redouter le pire.

Etat de la chaussée en mauvais état, trop étroite et inadapté au parc véhicule actuel ou imprudence, vitesse trop élevée, toujours est-il qu’il s’agit d’un nouveau drame dont les circonstances devront être établies.

Faut-il rappeler encore l’importance de boucler les ceintures de sécurité, que ce soit pour le conducteur mais aussi pour les passagers qu’ils soient placés à l’avant ou à l’arrière.

Le dispositif sauve des vies, mais à Mayotte, l’oublier et toujours une pratique trop répandue. “Il faut trop chaud” – “elle me gêne” – “je n’en ai pas besoin”, autant d’arguments invoqués par les contrevenants qui s’expose à des amendes tout en risquant leur vie bien inutilement.

Samuel Boscher

Articles associés