février 08, 2023

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Un accident de la circulation sans blessé mais dû une nouvelle fois à une vitesse excessive

Le cocktail mauvaise météo et vitesse excessive ne vont pas du tout ensemble sur les routes mahoraises dangereuses. Des automobilistes en ont fait une nouvelle fois les frais…

Dimanche en toute fin de journée, aux alentours de 19h30, dans la commune de Bouéni à M’Bouanatsa précisément, les habitants profitaient de l’arrêt de la pluie et sortait de chez eux pour profiter du début de soirée en terrasse.

Or, ceux en bordure de la nationale ont assisté à un accident de voiture. Le conducteur venant de Kani-Kéli arrivait selon les témoignages à tombeau ouvert alors que le sol était glissant. Il a ainsi perdu le contrôle de son véhicule au niveau de l’unique virage de la bourgade et s’est déporté sur la voie de gauche pour percuter un autre véhicule qui arrivait en sens inverse. Par chance, ou plutôt par miracle, il n’y a pas eu de blessé, mais tous ont été conduits au dispensaire par mesure de précaution eu égard à la violence du choc.

Ce nouvel épisode rappelle ainsi que les routes mahoraises sont dangereuses, étroites et qu’elles traversent villes et villages en offrant bien souvent peu de visibilité. Si la chaussée est détrempée par-dessus le marché, les risques d’accident sont alors encore multipliés.

Mais il convient aussi et surtout de rappeler qu’elles ne sont certainement pas adaptées aux vitesses excessives qui mettent alors en danger les conducteurs imprudents, mais aussi les autres usagers victimes innocentes et collatérales des champignons trop fortement écrasés.

L’année 2023 a démarré de la pire des manières, avec un mort dès le 2 janvier, lorsque la route avait tué 15 personnes en 2022.

Samuel Boscher

Image d’archives

Articles associés