Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Mayotte bientôt membre de la COI ?

Le 38e conseil des ministres de la Commission de l’Océan Indien (COI) s’est tenu le jeudi 16 mai à l’île Maurice. Un événement marqué par le plaidoyer de la secrétaire d’État française Chrysoula Zacharopoulou pour l’intégration de Mayotte dans cette instance régionale, mettant fin à un anachronisme incompréhensible.

Dans son discours, Chrysoula Zacharopoulou a rappelé le contexte difficile que traverse Mayotte, notamment avec l’épidémie de choléra. Elle a exprimé sa conviction que l’exclusion de Mayotte de la COI est regrettable. « Il est regrettable que Mayotte reste exclue de notre communauté, qu’elle n’ait pas accès à notre réseau et qu’elle se trouve hors de notre action collective, » a-t-elle déclaré. Elle a souligné que l’intégration de Mayotte est une priorité pour la France, affirmant : « Pour les Mahorais, c’est une question d’équité. Pour la coopération régionale, ce devrait être une question de bon sens. »

La COI, qui réunit Madagascar, Maurice, les Seychelles, les Comores et la France pour représenter La Réunion, a jusqu’à présent tenu Mayotte à l’écart, principalement pour ne pas froisser les Comores, qui revendiquent toujours l’île. Cependant, les élus mahorais plaident depuis plusieurs années pour cette intégration. La députée Estelle Youssouffa avait d’ailleurs mobilisé les députés et fait rejeter le texte de renouvellement du traité de la France avec la commission de l’océan Indien car il prévoyait que Mayotte ne pourrait pas en faire partie, plaçant ainsi le quai d’Orsay devant ses responsabilités.

Articles associés