décembre 04, 2022

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Le Président Ben Issa prend la parole sur le transport scolaire

Le Président prend la parole au travers d’un communiqué que voici :

Face à l’accroissement de 75% des agressions violentes contre les bus, face aux 269 incidents (et le terme est faible) enregistrés depuis le début du marché des transports scolaires en août 2021, aux derniers épisodes de violence tristement quotidiens, le président du Conseil départemental Ben Issa Ousseni renouvelle « sa condamnation la plus ferme de ces « violences inacceptables qui pourrissent le quotidien des élèves, des chauffeurs et des transporteurs. Mon empathie est totale à l’endroit des victimes ou des cibles de ces agressions insupportables » indique le président, qui ne souhaite pas en rester là.

Les réunions partenariales se multiplient avec l’ensemble des partenaires pour rechercher des solutions. Le Département va d’ailleurs délibérer à nouveau lors de la prochaine Assemblée Plénière du 22 novembre 2022 pour préciser les modalités de répartition de l’enveloppe financière exceptionnelle destinée à la pose de filtres anti-caillassage sur l’ensemble des bus. Un accord de principe est acté pour une indemnisation des prestations à 80% sur une durée de 48H, le temps d’une remise en l’état des véhicules caillassés. Au-delà des mesures concrètes déjà entérinées, le Conseil départemental s’engage à travailler avec l’État à la mise en place d’une police des transports, qui est nécessaire.

En lien avec les maires, une réunion partenariale permettra de définir les modalités d’implication des polices municipales. La mise en place d’une cellule psychologique par Transdev s’inscrit également dans les mesures déjà opérationnelles. « Il est souvent rappelé que la sécurité demeure une responsabilité régalienne de l’État, indique le président, ce qui est vrai. Pour autant, nous prenons avec l’ensemble des acteurs concernés toutes nos responsabilités pour mettre fin à ces agissements récurrents, qui ne peuvent aucunement être banalisés ou pour réagir quand ils se produisent. Cela va bien au-delà des questions de compétences. Nous comprenons l’exaspération légitime des parents d’élèves et des élèves eux-mêmes, rappelle Ben Issa Ousseni.  La nôtre est la même. Nous sommes mobilisés, vigilants. Nous entendons, aux côtés de tous, faire le nécessaire pour que cette situation récurrente s’améliore » indique le président.

Rappelons que le Conseil départemental consacre une enveloppe annuelle de 46 millions d’euros pour le transport des enfants, et ce sans compensation financière.

Articles associés