juillet 01, 2022

Top pub
Top pub

Le parquet réagit à l’affaire du policier de la PAF ayant fait usage de son arme samedi dernier

10h20:

TRIBUNAL3

COMMUNIQUÉ DU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE:

Objet: Agent de la PAF mis en cause et poursuivi pour violences avec arme (pistolet Gomme-Cogne)

  • Date des faits: Samedi 21 octobre.
  • Date d’audience: 3 avril 2018

Le Samedi 21 octobre 2017, la compagne d’un agent de la PAF, promenait le chien de la famille, un dalmatien, sur petite-terre à Mayotte. D’après ses dires, elle était prise à partie près de chez elle par un passant sur qui l’animal avait aboyé. Le passant concerné l’insultait et menaçait de tuer son chien au moyen d’une arme à feu. Aucun enfant n’était présent.

Elle rentrait chez elle et informait son compagnon des faits. Celui ci se dirigeait dans sa chambre et se saisissait d’une arme GOMME-COGNE chargée de deux cartouches. Il sortait de chez lui et allait à la rencontre de l’individu. Il n’est pas contesté qu’il hélait la personne, qui se retournait et venait à sa rencontre. Le policier admettait avoir immédiatement donné un coup à l’individu qui lui demandait de lui dire bonjour avant toute chose. La nature du coup est contestée. La victime dit avoir été frappée avec la crosse de l’arme. Le policier parle d’un coup de poing.

En toutes hypothèses, le crane de la victime saignait et cette dernière enlevait son t-shirt pour éponger le sang. Il n’est pas contesté que la tension était alors assez faible entre les deux individus malgré l’usage de violence du policier. Pendant qu’ils discutaient, le frère de la personne frappée arrivait et venait à leur rencontre. Deux autres jeunes du quartier s’approchaient de la scène.

Les versions divergent sur le point de savoir quelles violences ont été commises en premier. La personne frappée indique avoir tenté de prendre l’arme du policier. Celui ci le repoussait alors et dégainait. Il faisait feu immédiatement, à deux reprises et le touchait ainsi que son frère. Des jets de cailloux commençaient alors contre le policier, y compris par le premier individu.

Le policier indique avoir reçu des projectiles avant de faire feu. Il était certain de n’avoir touché personne. Cependant l’enquête a démontré que deux des individus avaient été atteint par au moins un projectile chacun. Par ailleurs la plaie que présente le premier sur le crâne apparaît difficilement compatible avec un coup de poing (plaie nette et légèrement circulaire, sur le haut du front).

Les autres témoins n’ont pas souhaité être entendus et n’ont pas été retrouvés malgré les recherches intenses de la gendarmerie. Le policier a été brièvement placé en garde à vue et l’arme saisie. Il est poursuivi devant le tribunal correctionnel le 3 avril 2018 à 8h00.

Articles associés