janvier 21, 2022

Top pub

Le CESEM émet le voeu de la piste longue…

logo cesem

14h44 – Le Conseil Economique et Social et Environnemental de Mayotte vient une fois n’est pas coutume d’adopter un voeu et non des moindres. En effet, il revient sur la nécessité de la réalisation depuis des années d’une piste longue à Pamandzi et s’appui pour se faire sur la déclaration du président de la République Emanuel Macron lors de sa visite officielle à Mayotte les 22 et 23 octobre derniers en reprenant à ce titre ses propos.

Plus connu pour rendre des avis sur kes d-rapports du conseil départemental ou sur les politiques publiques à mettre en oeuvre, il l’était moins pour une demande soutenue et appuyée concernant un projet d’infrastructure.
Dans cet esprit, et après en avoir délibéré à l’unanimité, le CESEM “e félicite de la décision du Président de la République de relancer le projet de piste longue à l’aéroport de Mayotte en actualisant les études de faisabilité correspondantes en vue de sa réalisation”.
C’est pourquoi il demande la mobilisation des décideurs publics ainsi que la vigilance de l’ensemble des forces vives du territoire, en lien notamment avec le Comité de pilotage mis en place à cet effet en janvier 2020 par le Préfet de Mayotte, afin que l’engagement présidentiel soit tenu.
Mais encore, il “exhorte instamment l’Etat à une information régulière sur l’avancement des études idoines et la communication du calendrier global du processus engagé et rappelle que le Chef de l’Etat a demandé en effet à être jugé sur les résultats des engagements pris devant la population mahoraise en ces termes : “je viendrai en rendre compte parce que je veux que les résultats, vous puissiez les voir”
Bref la pression est mise sur Emmanuel Macron….
LeCESEM souhaite qu’au-delà des études de faisabilité annoncées, “les travaux proprement dits de cet équipement public puissent être effectivement financés dans le cadre du Contrat de convergence et de transformation en cours, conformément à la parole donnée, la France c’est aussi donner les moyens, à Mayotte, de réussir”.
Enfin, il sollicite de l’Etat la prise en compte dès à présent des conséquences négatives inévitables sur le lagon, d’une part, par la mise en œuvre des méthodes pragmatiques exemplaires, et d’autre part, en réservant l’enveloppe nécessaire pour le financement des travaux de réhabilitation de certains écosystèmes et des équipements de suivi et de surveillance environnementale du lagon.
Qui plus est, le conseil émet le souhait “d’être associé aux travaux du Comité de pilotage afin de participer au suivi du déroulement de ce projet structurant majeur pour le développement économique, social et culturel de Mayotte”.

Le voeu sera-t-il entendu?Pourquoi ne le serait-il pas puisqu’il s’agit d’un engagement du chef de l’État avec début des travaux avant la fin de son quinquennat…

Articles associés