octobre 16, 2021

Top pub
Top pub
Top pub

La grogne sociale revient au grand galop chez BDM avec un droit de retrait exercé par les salariés

Un droit de retrait vient d’être déposé chez BDM ou plutôt après rachat Groupe Bernard Hayot. Mais le rachat n’a pas levé la grogne sociale qui couve depuis de smois au sein de l’entreprise de la grande distribution. Ainsi, la CGTma annonce l’exercice d’un nouveau droit de retrait des salariés.

“Depuis la reprise du travail, suite au conflit de 2020, le climat social dans l’entreprise ne cesse de se dégrader. Les représentants du CSE vous ont signalé à plusieurs reprise en réunions et par alertes écrites et constatent qu’aucune mesure de protection des salariés n’a été engagée. Cette situation pousse des salariés, pour certains d’entre eux à demander des ruptures conventionnelles de contrat de travail et d’autres vivent dans la peur” indique la formation syndicale.

Et parmi les maux exprimés, la CGTma relève :

“-harcèlement des employés dans les magasins, des suivis des employés même lorsque ces derniers souhaitent aller au toilette avec des contrôles du temps passé, menace quotidienne de licenciement, demande de rupture conventionnelle, arrêts maladies psychologiques, humiliation dans les magasin devant les autres employés par certains responsables, Etc… ”

Les maux d’hier semblent donc ceux d’aujourd’hui.

 

Et le syndicat d’enfoncer le clou : “depuis ces 12 derniers mois les salariés vivent des situations oppressantes et la direction laisse faire. Il ne s’agit pas de cas isolés mais du quotidien des employés…”

Il est ainsi indiqué que les ministères du travail et des Outre-mer ont été saisis sur le sujet et qu’il “est urgent de trouver une solution pour la santé, la sécurité et les conditions de travail de ces pauvres salariés”.

En tout état de cause, le personnel a décidé d’un droit de retrait dès ce jour… La grogne sociale fait donc son retour dans l’entreprise.

 

Articles associés