décembre 02, 2022

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Insécurité et immigration : le rapport qui dérange

11h25 :

prison-mayotte

 

Depuis toujours, les faits de délinquance commis sur le département sont dissociés des chiffres de l’immigration clandestine pour éviter tout amalgame. Cependant, le rapport sur les problématiques pénitentiaires en outremer présenté il y a un an démontre le contraire.
Si le préfet reconnait la réalité des violences et l’ampleur des faits commis, il est un sujet encore tabou : la délinquance et l’insécurité sont directement liées à l’immigration. Ainsi, une mission composée de parlementaires avait pour tâche d’identifier les difficultés rencontrées sur chaque territoire par les établissements pénitentiaires. Les conclusions sont sans appel : « la part du contentieux lié aux stupéfiants est forte sur la zone Antilles et en Polynésie tandis que la question du contentieux lié à l’immigration irrégulière est importante en Guyane et à Mayotte. » Le rapport associe donc directement l’immigration aux problématiques carcérales dans ces deux départements. Selon une analyse des statistiques du ministère de l’Intérieur par la Direction des Affaires Criminelles et des Grâces, 73 % des affaires jugées au Tribunal de Grande Instance de Mamoudzou impliquent des étrangers. De plus, toujours selon ce rapport, la moitiés des détenus à Majicavo sont des personnes étrangères en situation irrégulière en provenance des Comores. L’Archipel n’étant pas lié à la France par des conventions de transfèrement, il est actuellement très difficile de combattre la surpopulation carcérale. La coopération judiciaire avec les Comores est donc devenue, à l’heure actuelle, une priorité.

Dossier complet dans l’édition de France Mayotte, matin

Articles associés