décembre 04, 2022

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Évolutions macroéconomiques 10 ans après la départementalisation de Mayotte

Selon la dernière étude CEROM (Comptes Economiques Rapides pour l’Outre-Mer), depuis ladépartementalisation en 2011, Mayotte a connu nombre de mutations : forte croissance démographique, fiscalité, développement des emplois publics, accès aux financements européens, développement du tissu productif. 

Ainsi, La croissance économique est forte à Mayotte de 2011 à 2019 : le produit intérieur brut (PIB) augmente de 7,5 % en moyenne par an, un rythme 3 fois plus élevé que celui de la France. 

Mayotte rattrape donc progressivement son retard de développement économique, mais la croissance démographique reste très élevée et le PIB par habitant est encore 3,7 fois inférieur à la moyenne nationale. 

En outre, la croissance économique est un peu moins forte depuis 2016, en raison des mouvements sociaux de 2016 et 2018 contre l’insécurité et la vie chère, et de l’épidémie de Covid-19 . 

En 2019, le revenu disponible par habitant s’élève à 7 200 € à Mayotte,

soit un tiers de la moyenne nationale 

Mais les inégalités de revenus se renforcent car ce sont essentiellement les ménages les plus aisés, ayant un emploi salarié, qui en bénéficient. 

Les inégalités de revenus se creusent et les 10 % des habitants de Mayotte les plus aisés ont un niveau de vie plancher 

En 2019, le montant des prestations sociales par habitant est 11 fois plus faible à Mayotte que dans l’Hexagone 

Or, si le secteur public continue d’occuper une place prépondérante dans les richesses créées, le tissu productif privé se développe. Les branches du commerce et des activités immobilières contribuent pour moitié à la hausse de la valeur ajoutée des sociétés marchandes. 

En 2019, la consommation finale des administrations publiques à Mayotte s’élève à 62 % du PIB, mais le secteur privé monte en puissance 

Entre 2011 et 2019, la valeur ajoutée des sociétés marchandes augmente de 75 % à Mayotte 

De fait, l’investissement des entreprises constitue à présent un moteur important de la croissance économique, avec notamment une accélération depuis 2017 et le début de grands projets d’aménagements. 

Entre 2011 et 2019, l’investissement des entreprises est multiplié par 7.

En revanche, l’économie mahoraise reste tournée vers la réponse à la demande intérieure et les exportations sont donc très limitées. Les importations augmentent régulièrement sur la décennie passée, en lien avec la hausse de la demande intérieure des ménages comme des autres acteurs économiques. 

En 2019, les importations s’élèvent à 700 millions d’euros à Mayotte 

Enfin, depuis 2011, les Mahorais ont de plus en plus recours aux services bancaires : le nombre de comptes en banque a doublé entre 2011 et 2021, mais reste encore bien au-dessous de la moyenne nationale. 

En 2021, on dénombre 0,69 compte bancaire par habitant à Mayotte.

Articles associés