Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

16 ans, meutrier présumé, incarcéré

Vendredi, en début d’après-midi, l’horreur a frappé le village de Barakani et plus largement l’ensemble de la commune de Ouangani. Un jeune homme de 16 ans, né en 2008, a été touché en plein thorax par un coup de couteau. Il s’est aussitôt effondré, mort, les secours ne sont pas parvenus à le réanimer. La population a très rapidement appelé les secours. Les gendarmes et le SAMU sont arrivés, malheureusement le jeune garçon était déjà décédé. Le procureur a été très rapidement mis dans la boucle et la section de recherche de la gendarmerie s’est vue confier l’enquête. Très vite, les langues se sont déliées, un jeune a été interpelé et placé en garde à vue. Il s’agissait d’un autre garçon, né lui aussi en 2008. Pendant les auditions, le mis en cause a reconnu les faits. Dimanche, le jeune homme a été présenté à un juge d’instruction, mis en examen et incarcéré pour homicide. Il risquerait 30 ans de réclusion criminelle s’il avait 18 ans, mais l’excuse de minorité peut réduire la peine encourue à 15 ans.

Le mobile reste à déterminer mais selon toute vraisemblance, il se pourrait qu’il s’agisse d’une histoire de règlement de comptes entre bandes rivales même si comme le précise le procureur les motivations sont nébuleuses. Dès le vendredi soir, le maire de la commune, Ambdi Youssouf, a apporté son soutien à la famille du jeune garçon décédé. Il a appelé au calme dans la commune et a demandé aux adultes de réguler les éventuelles envies de vengeance. Il a également pris un arrêté de couvre-feu jusqu’à la fin du mois de mai, interdisant aux jeunes mineurs d’être dehors à la nuit tombée sans un adulte.

Mayotte Place Nette a commencé depuis quelques semaines. On en est déjà au 3e meurtre : le premier, à Tsingoni, 20 ans, égorgé ; le second, à Bandraboua, 18 ans, abattu par arme à feu en pleine rue ; et le troisième, 16 ans, poignardé à mort…

Un article d’Anne Constance Onghéna à retrouver dans votre France Mayotte Matin du jour

Articles associés