novembre 22, 2019

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Une convention de partenariat, dite « convention main courante », pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales

11h44 :

photo 1

Le lundi 3 décembre 2018, en partenariat avec les associations France Victimes 976 et Mlezi Maore, le préfet de Mayotte, le parquet et le tribunal de grande instance de Mamoudzou, le conseil départemental, la direction départementale de la sécurité publique 976 et le commandement de la gendarmerie de Mayotte ont signé une convention de partenariat, dite « convention main courante ».

Ce dispositif vise notamment, l’accueil et le traitement particulier à réserver aux femmes victimes de violences conjugales. A Mayotte comme ailleurs, le constat a été fait d’un déficit important du nombre des victimes de violences conjugales qui acceptent de porter plainte, alors que ce type de fait prend une part considérable des violences intra-familiales commises dans le département. 

Tous les trois jours sur le territoire français, une femme meurt sous les coups de son conjoint. Afin d’endiguer cette tragédie, il est important de rappeler les points suivants :

– Le dépôt de plainte de la victime peut se faire dans n’importe quelle brigade de gendarmerie ou commissariat de police.

– Il n’est pas lié à l’obtention d’un certificat médical qui peut être produit ultérieurement.

– Si la victime refuse de déposer plainte, elle peut faire une main courante.

– Les associations telles que France-Victimes 976 et Mezli Maore peuvent intervenir auprès des victimes dès qu’elles ont connaissance des faits et apporter leurs expertises aux victimes.

– Un portail en ligne vient d’être mis en place : www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr

Il permet de signaler des violences conjugales, sexuelles ou sexistes par l’intermédiaire d’internet, d’un téléphone, d’une tablette ou d’un ordinateur. L’anonymat peut être obtenu.

Enfin sous l’égide de Madame MOHAMED Noera, déléguée régionale aux droits des Femmes et de Madame DJOUMBE Anfiati, secrétaire générale du conseil départemental pour l’accès aux droits, le guide d’information « Lutte contre les violences faites aux femmes » a été réédité et traduit en Shimaorais.

Monsieur SABATIER Laurent président du tribunal de grande instance de Mamoudzou et du Conseil Départemental de l’Accès aux Droits (CDAD), a présenté ce livret qui prodigue des conseils, des numéros d’urgences, comment dénoncer les faits de violences, comment obtenir une assistance juridique ou un accompagnement, ainsi que l’écoute et les soins apportés à une victime.

Photo 2

Articles associés