septembre 22, 2019

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

« Un premier pas dans le bon sens mais qui doit être suivi d’un second train de mesures »

17h45 :

Capture d’écran 2018-02-28 à 22.13.09

Le député Mansour Kamardine a rapidement réagi suite aux annonces faites par la ministre des Outre-mer ce matin. Selon lui, ce « sont des premiers pas dans la prise en compte des exigences de sécurité de nos compatriotes de Mayotte. Mais il conviendra d’en faire d’autres, sans attendre, pour résoudre la grave crise sécuritaire à laquelle les autorités se doivent de répondre immédiatement. »

Il ajoute que « pour ce qui concerne la sécurité effective des citoyens, de nombreux acteurs conviennent de la nécessité d’affecter 20 policiers de voie publique supplémentaires, dont 5 en constitueraient une brigade anti-criminalité (BAC) et de renouveler une grande partie du parc de véhicules en prenant soin qu’ils soient équipés de dispositifs « anti-caillassage » à leur départ de métropole.

Pour ce qui a trait aux violences urbaines, de nombreux acteurs conviennent, qu’au-delà de la nécessité d’inscrire l’ensemble du département en zone de sécurité prioritaire (ZSP), il est nécessaire de créer une compagnie départementale intervention (CDI). Pour ce qui porte sur le suivi et le traitement des affaires judiciaires, de nombreux acteurs conviennent de la nécessité, 1ère, de renforcer les équipes d’officier de police judiciaire (OPJ) de 10 personnes dont 5 affectés à une brigade « stupéfiant » pour répondre au ravage de notre jeunesse par le développement hors contrôle de la consommation de drogue (chimique).

Pour ce concerne la police aux frontières, de nombreux acteurs conviennent de l’urgence du renforcer les effectifs de la PAF de 30 personnes et non de seulement 10, tout en garantissant le maintien des postes occupés par les 50 agents qui seront en fin de contrat en septembre prochain. Ils conviennent également de la nécessité d’assurer une permanence 24h/24h des moyens en mer par la présence effective de 8 navires minimum en état de fonctionner, de pré-positionner de façon permanente une équipe sur l’îlot de M’Tsamboro dotée de moyens de surveillance maritime modernes (drone) et une équipe au port de Longoni dotée d’une vedette d’intervention disponible 24h/24h.

Enfin, ils conviennent de la nécessité de mettre en œuvre sans délai une coordination opérationnelle entre les forces de l’ordre, les douanes, les services fiscaux et le parquet sous la forme d’un groupe d’intervention régional (GIR) ou équivalent, ainsi qu’un état-major opérationnel de lutte contre l’immigration clandestine (LIC) entre la Marine, la PAF et la Gendarmerie Maritime. Aussi, après les annonces de la Ministre, nous sommes encore loin du compte. C’est pourquoi nous demandons qu’un autre train de mesures soit décidé dans les prochains jours.

Nous aurons l’occasion d’aborder dans le cadre des discussions des assises des Outre-mer les autres sujets, au combien importants, dont la construction d’une piste longue, un 3ème quai au port de Longoni, la modernisation des voies de communication, le développement d’un enseignement de qualité, d’un service de santé performant, ce qui permettra le développement économique et social du 101èmedépartement et la défense de nos intérêts dans cette zone du monde. »

Articles associés