octobre 01, 2020

Top pub
Top pub

Quand une enquête est mal ficelée, les braconniers sont relâchés

7h52

Tortue(1)

Depuis une dizaine de jours, les associations de protection de l’environnement au premier rang desquelles Oulanga na Nyamba alertaient sur le braconnage de tortues qui sévissait terriblement sur les plages de Mayotte En effet, à cause du confinement, la sur-veillance des plages la nuit était interrompue notamment les plages de Moya en Petite Terre. Des photographies de dizaines de tortues braconnées étaient alors rendues publiques par les associations. Suite à cette révélation, le conseil départemental annonçait que la surveillance al-lait reprendre notamment en Petite Terre.

Le 28 avril dernier, deux braconniers avaient pu être arrêtés sur la barge avec des sacs contenant de la viande de tortues destinée selon toute vraisemblance à la vente. Effectivement, il ne saurait exister de réseaux, de filières et de braconniers, s’il n’y avait pas de consommateurs de cette viande. Les tortues sont une espèce menacée d’extinction, la consommation de la viande de tortue est interdite dans tout l’océan indien. Pire, la chaire de la tortue peut contenir une toxine sans conséquence pour elle mais mortelle pour l’homme. Les deux braconniers allaient donc être traduits devant le tribunal correctionnel de Mamoudzou en comparution immédiate.

Les deux braconniers ont été relaxés pour vice de procédure

A lire dans France Mayotte Matin

Articles associés