septembre 21, 2019

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Préfecture: Les chiffres de la délinquance

20h06 :
PHOTO-1
Aujourd’hui, en fin d’après-midi, se sont tenus les états majors de la sécurité.
Les chiffres de la délinquance, de l’immigration mais aussi les solutions, tout à été évoqué clairement lors de cette réunion.

Ci-dessous le condensé de cette réunion :

Le Préfet : «J’entends l’inquiétude de la population en matière de sécurité. Les forces de l’ordre et les services de l’État sont pleinement engagés au quotidien sur les 2 volets que sont la répression mais aussi la prévention de la délinquance. Au-delà, c’est ma méthode, je veux mobiliser tous les acteurs autour de projets concrets.»

1/ La délinquance à Mayotte a trois caractéristiques :

– Les caractéristiques d’une petite et moyenne délinquance à relativiser en comparaison des autres territoires. Une baisse des cambriolages en 2014 mais l’apparition d’un phénomène nouveau et inquiétant : les cambriolages violents avec pénétration de force dans les domiciles en présence des occupants. (Arrestation d’une équipe à Convalescence)
– Une forte augmentation des Atteintes Volontaires a l’Intégrité Physique (AVIP) : +24% par rapport à 2013.
– Phénomène nouveau et préoccupant : le recours à la violence mettant en cause des mineurs

2/ Bilan général de la sécurité – 2014

– Une lutte soutenue contre l’Immigration Clandestine : l’activité des services augmente, surtout en matière de LIC maritime. Ceci démontre une possible augmentation des flux mais aussi un système de détection et d’interpellation qui fonctionne, et la motivation des équipes.
– Une stabilisation des atteintes au bien : le bilan des atteintes fait état d’une baisse des cambriolages d’habitation mais d’une hausse des cambriolages des locaux commerciaux Toutefois, on constate l’apparition des phénomènes nouveaux et inhabituels comme en métropole, les cambriolages avec pénétration de force en présence des occupants.
– Un phénomène persistant des atteintes volontaires à l’intégrité physique : conflits et
affrontements entre villages. Ces conflits s’étendent aux abords des établissements scolaires et des enceintes sportives. La part des mineurs dans ces violences est très importante. D’autre part on constate une recrudescence des violences sexuelles (notamment sur mineurs et entre mineurs)
– La multiplication des violences contre l’autorité : les violences contre l’autorité tendent à se multiplier, et se traduisent par des caillassages des forces de l’ordre, des rebellions, des atteintes aux symboles de l’autorité de l’Etat et des dégradations.
– La sécurité routière : Une forte accidentalité des deux roues. 5 deux roues sur les 8 accidents mortels en 2014

Présentation des chiffres en matière de sécurité publique et routière

I-La délinquance générale

Les chiffres de la délinquance sont présentés selon les directives du Ministère de l’intérieur classant les infractions suivant les agrégats de l’observatoire national de la délinquance : les atteintes volontaires à l’intégrité physique (AVIP), les atteintes aux biens (AAB) et les escroqueries et infractions économiques et financières (EIEF).
A Mayotte, sur l’année 2014, l’on peut observer une évolution globale de la délinquance de +7% (délinquance générale + délinquance de proximité), (elle était de 11 % en 2013) qui se décline de la manière suivante :
· +24% pour les Atteinte Volontaire à l’Intégrité Physique (AVIP)
· +2,16 % pour les Atteintes Aux Biens (AAB)
– Le taux d’élucidation est en augmentation : de + 24,39 % pour les AVIP , et de + 2,16 % pour les AAB.
– L’activité judiciaire soutenue génère un accroissement du nombre des mis en cause (MEC) en hausse de +20,20 %.
– La part des mineurs mis en cause est en baisse pour les AAB -8,88 % tandis qu’elle est en hausse pour les AVIP + 45,78 %.
– Les AAB connaissent une évolution mesurée +2,16 % tout comme les escroqueries et infractions économiques et financières (EIEF) +2,32 %.
– L’action des unités s’est également concrétisée par l’augmentation des infractions relevées par l’action des services (IRAS) et notamment en ce qui concerne les infractions à la législation sur les stupéfiants qui ont été multipliées par deux en 2014.

Ces évolutions peuvent s’analyser de la manière suivante :

1)-Les atteintes volontaires à l’intégrité physique (AVIP)

ANALYSE :
– Les AVIP représentent 25% de la délinquance générale.
– Les agressions intra-familiales progressent fortement (+38,24%).
– Il est à noter une très forte hausse des violences envers les dépositaires de l’autorité publique soit +70,83%, 71 faits au lieu de 24 selon les chiffres gendarmerie.
– Le taux d’élucidation est de 27,57% .
– L’augmentation de la violence est due en majeure partie à un regain des violences intracommunautaires entre villages, dans et aux abords des établissements scolaires ou des lieux de prise en charge et de dépose des élèves mais aussi à l’occasion des rencontres sportives en particulier de football.

2)- Les atteintes aux biens (AAB)

ANALYSE :
– En 2014, on a constaté une baisse des cambriolages de -09 % par rapport à 2013
– Les cambriolages dans les habitations sont en baisse de -14 % alors qu’ils sont en hausse de +15 % dans les locaux commerciaux.
– Les cambriolages dans les établissements scolaires et dans les locaux administratifs sont en baisse de -7,17 %.
– Le taux d’éducation global annuel est de 12,11 %.
– L’activité en police judiciaire reste significative avec des progrès en matière de police technique de proximité ainsi qu’en matière de rapprochements judiciaires.
Des avancées positives qui restent fragiles et nécessitent une attention particulière :
– Un recul des cambriolages d’habitations
– Une évolution positive de la part des mineurs mis en cause dans les atteintes aux biens à opposer cependant à celle des mineurs mis en cause dans les AVIP

3- Mesures prises

Des mesures ont été prises pour lutter contre les atteintes aux biens et permettre d’assurer une occupation orientée des patrouilles sur le terrain par rapport aux secteurs les plus touchés.
– Dans un but préventif et dissuasif, des opérations de surveillance des plages et des principaux lieux de randonnées sont programmées les week-ends pour endiguer les agressions et vols. Elles ont porté leurs fruits au cours des mois de juillet et août.
– Le projet d’un groupe de lutte contre les cambriolages au sein de la section de recherches est en cours de constitution.
– Au cours de l’année 2015, les communes de Pamandzi et Labattoir (Petite Terre) devraient être équipées d’une vidéo-protection dans le cadre du CISPD de Petite Terre, projet qui a été porté par le commandant de brigade de Pamandzi. Il s’agira du premier dispositif de vidéo-protection cofinancé par le FIPD à Mayotte.
– Dans la lutte contre les violences, le partenariat avec les mairies et les polices municipales est un enjeu majeur de sécurité publique. Le rôle des élus locaux, qui constituent des partenaires d’importance pour lutter contre les insécurités, et la présence des médiateurs sont essentiels notamment face à la délinquance.
Elle se heurte toutefois à l’inaction actuelle de la plupart des municipalités.
– Mise en place de dispositifs d’éclairage public dans le cadre d’une étude concertée tenant compte des flux de circulation piétonne ou routière (préalable à l’installation de tout dispositif de vidéo protection) et veiller au changement sans délai des ampoules.
– En matière de violences sexuelles et intra-familiales, la prévention et l’assistance aux victimes se développent.
– Le recueil du renseignement par les unités territoriales reste un élément déterminant dans la gestion des violences entre villages. Toutefois, le recueil de témoignages reste un obstacle aux investigations tout comme la barrière linguistique.
– La lutte contre les trafics de produits stupéfiants mérite une attention particulière notamment en raison de la population de Mayotte qui est très jeune et qui constitue une cible privilégiée.
– Enfin, la saisie d’avoirs criminels devrait se développer même si la ressource potentielle de saisies reste faible.

II- La lutte contre l’immigration clandestine : 19 991 reconduites à la frontière

Les moyens mis en oeuvre pour la lutte contre la délinquance concourent également à la lutte contre l’immigration clandestine, ces moyens sont renforcés par la Police Aux Frontières et les services qui participent à l’action de l’État en mer.
Ainsi en 2014, on constate un important accroissement de l’activité des services de lutte contre l’immigration clandestine : au total 19 991 étrangers en situation irrégulière ont été éloignés en 2014 ( 15 908 en 2013).
La LIC en mer représente 12 879 passagers, 610 passeurs et 597 embarcations qui ont été interpellés, contre 10 528 passagers 517 passeurs et 476 embarcations en 2013.

III- La sécurité routière

– légère augmentation en 2014 : 8 personnes décédées accidentellement contre 6 en 2013
– baisse des accidents corporels : 274 en 2014 contre 292 en 2013 soit une baisse de 6%. On assiste parallèlement à une baisse de 8,8% des blessés. 297 personnes en 2014 contre 326 en 2013.
– Le nombre de dépistages d’alcoolémie au volant est passé de 2336 en 2013 à 1830 en 2014.
– Les dépistages positifs (143 en 2013 / 105 en 2014) sont à l’origine des retraits de permis : 67 mesures de retrait en 2014 contre 89 en 2013.
Les actions menées dans le cadre de la lutte contre l’insécurité routière
► sensibilisation à la conduite de 2 roues motorisées (ateliers avec simulateur dans les collèges et lycées)
► Campagne de prévention sur les dangers liés à l’alcool et les stupéfiants (atelier-débat avec des jeunes lycéens + jeunes en formation professionnelle, soirées SAM)
► action de prévention sur les dangers de la route (permis piétons en écoles primaires)
► contrôles préventifs sur les équipements des véhicules et comportements à risques (opérations de contrôle sur les routes par les forces de l’ordre)

IV- Les actions en termes de prévention de la délinquance

Déclinaison des mesures
► Maintien du plan « anti-cambriolage » déployé en juillet 2013
► Poursuite des dispositifs « voisins vigilants » à la demande des communes et de l’action « tranquillité vacances » toute l’année
► Mise en place du plan lutte contre les vols liés aux véhicules
► Maintien des dispositifs préventifs de partenariat avec les maires (CLSPD, police municipale): 13 communes sur 17 se sont dotées d’un CLSPD et 1 CISPD pour les 2 communes de petite terre, pour analyser localement les phénomènes de délinquance et y apporter des réponses adaptées.
► Mise en place expérimentale de la vidéo protection dans les communes de Pamandzi et Dzaoudzi-Labattoir (en cours)
► Occupation orientée des patrouilles sur la voie publique en ciblant les secteurs les plus sensibles.
► Systématisation des « opérations coups de poings » en réaction à l’événement
► Renforcement de l’interaction entre services d’enquêtes et le parquet
► Mise en place de mesures éducatives dans le cadre du programme « Ville-Vie-Vacances »
► Mise en place du « 119 », dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être.
►Des actions d’information et de préventions sur les viols et violences faites aux femmes.

Articles associés

1 Comment

  1. Pingback: Préfecture: Les chiffres de la délinquance - Portail d'information générales sur les Iles de l'Océan Indien et l'Afrique

Comments are closed.