octobre 28, 2021

Top pub
Top pub

Plan de suppression de postes chez SFR débrayage annoncé le 24 juin

Le géant de la téléphonie mobile en France ne se porte plus si bien que cela et 20% des postes sont sur le point d’être supprimés.

Face à la situation et à l’échec des négociations, une intersyndicale s’est constituée et celle-ci appelle désormais au débrayage le 24 juin prochain (CFDT – CFTC – UNSa) à partir de 11h30.

Cela ne concerne pas que Mayotte, les lieux de rassemblements sont les suivants :Altice Campus- Lille- Nantes-Bordeaux- Toulouse- Aix- Lyon Bron- Isneauville- Chartres- Saint-Denis (La Réunion) – Mamoudzou (Mayotte) ; etc …

 

“Depuis plus de 3 mois les organisations syndicales CFDT – CFTC – UNSa, regroupées en intersyndicale, tentent d’engager un dialogue loyal avec la Direction. Malheureusement nos interlocuteurs refusent toujours de discuter du fond du projet, de la suppression de 20% des effectifs et ses effets sur les conditions de travail déjà fortement dégradées. Plus grave, ce projet, en vidant notre entreprise d’une partie de sa substance, met à mal la pérennité de SFR” indique l’intersyndicale.

 

Les maux dénoncés sont :

-Externalisation des activités de la Supervision de Paris

-Suppression des équipes de R&D et des Experts Techniques Réseau

-Perte du contrôle en tant qu’Opérateur d’Importance vitale au profit des prestataires

-Disparition de l’équipe qui contrôle les raccordements Fibre

 

Selon l’intersyndicale, le projet aura des conséquences sur la qualité du service qui sera rendu à nos clients et sur le déploiement de la 5G et de la Fibre, ce qui ne serait pas de bon augure.

 

“Ce chantier de démolition est d’autant plus choquant que SFR, loin d’avoir souffert de la crise sanitaire, en sort renforcé grâce à la mobilisation de tous ses salariés. Alors pourquoi cette boucherie ? Nous pouvons l’affirmer, cette destruction massive d’emplois, sous couvert de « volontariat », servira les seuls intérêts de M. Patrick DRAHI. En réduisant les coûts, cela améliore sa capacité à s’enrichir et à s’offrir de nouveaux jouets (Sotheby’s ou dernièrement les 12,1% de British Telecom)” martèle l’intersyndicale.

 

Le mot d’ordre est donc lancé chez l’opérateur dont ç Mayotte, appel à la grève le 24 juin. A suivre

Articles associés