septembre 18, 2019

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

« Nous devons entamer la deuxième phase des discussions avec le Gouvernement »

19h20 :

Capture d’écran 2018-03-17 à 09.04.26

Par le biais d’un communiqué, le député Mansour Kamardine affirme que les conditions de reprise du dialogue sont là. Il ajoute :  » Depuis mercredi, l’Etat a montré sa volonté de respecter sa parole. Les opérations de contrôle de la régularité au regard du droit de séjour se sont multipliées. Les actions d’intervention visant les bandes organisées sont lancées avec détermination. Les renforts d’urgence en forces de l’ordre sont arrivés à Mayotte et sont déployés sur le terrain.

Nous avions considéré que la condition pour renouer le fil de la confiance était que le Gouvernement passe des paroles aux actes. Les premiers actes sont là. Nous devons à notre tour respecter notre parole et acter que les premières conditions de poursuite du dialogue sont acquises.

 J’appelle donc l’ensemble des acteurs à tenir compte de la mise en branle effective de l’Etat. Pour ce qui me concerne, en concertation avec les élus, j’ai décidé de prendre part aux travaux de la mission de haut niveau mise en place par le Gouvernement.

Néanmoins, pour la consolidation de la confiance dans les prochains jours, nous attendons l’amplification des actions visant à lutter contre l’immigration illégale et l’insécurité. Nous attendons également que le Gouvernement poursuive la réalisation de ses nombreux autres engagements.

C’est pourquoi dans le but de renforcer la crédibilité et la solidité de la démarche de dialogue, j’appelle les autorités nationales :

  • À produire la lettre d’engagement de la Ministre des Outre-mer reprenant l’ensemble de décisions annoncées mardi dernier ;
  • À intégrer dans les travaux de la mission les études d’évaluation et de planification des mesures produites par la coordination intersyndicale, les associations de citoyens et les élus à travers sa plateforme d’union.« 

Articles associés