septembre 27, 2022

Top pub
Top pub

« Notre service d’éducation ne peut plus attendre »

14h20:

logo3_cgt-1

La CGT Éduc’action vient de se fendre d’un communiqué pour annoncer le dépôt d’un préavis de grève reconductible à compter de ce jeudi 22 mars. Face à la situation, le syndicat demande une réaction au plus vite par le biais de ce communiqué:

« La CGT Éduc’action Mayotte refuse que la crise actuelle soit traitée uniquement par un volet sécuritaire. Cela serait bien commode pour le gouvernement qui ferait ainsi l’économie d’engagements budgétaires importants mais cela serait catastrophique pour Mayotte qui s’enfoncerait un peu plus encore dans le chaos.

Si la sécurité des biens et des personnes est essentielle et si, dans l’immédiat, il est plus que nécessaire de lutter contre la délinquance, ce sont les racines du mal qu’il faut traiter en profondeur. Comment lutter contre la misère, donner des perspectives aux jeunes et favoriser l’intégration de tous sans services publics dignes de ce nom ?

Nous ne pouvons plus attendre ! La CGT Éduc’action Mayotte invite donc tous les personnels de l’éducation à se mettre en grève jeudi 22 mars et appelle à un grand rassemblement unitaire et populaire devant le vice-rectorat pour exiger un choc d’investissement dans l’éducation comprenant notamment :

  • Le passage en REP+ de tous les établissements avec les moyens correspondants ;
  • Un plan ambitieux de constructions scolaires dans le 1er comme le 2nd degré (incluant des équipements de restauration et des internats) afin de permettre la scolarisation dans de bonnes conditions de tous les enfants de Mayotte ;
  • Des crédits pédagogiques pour les écoles ;
  • Un plan de recrutement dans tous les domaines de l’éducation et des mesures d’attractivité permettant de pourvoir les postes en personnels titulaires ;
  • Un plan de formation et de titularisation pour les personnels contractuels ;
  • Le respect des engagements concernant l’AGS.

Pour l’éducation et la justice sociale à Mayotte, jeudi 22 mars, faisons nous entendre car notre service  public d’éducation ne peut plus attendre !« 

Articles associés