Top pub
Top pub

L’UDCCAS répond à la préfecture sur l’aide alimentaire

L’Union départementale des centres communaux d’Action sociale dément le communiqué de la préfecture sur l’aide alimentaire. Retrouvez leur propre communiqué ci-dessous :

Suite à la diffusion d’un communiqué de presse de la préfecture, concernant la campagne humanitaire de distribution de bons alimentaires en réponse aux conséquences du confinement, le Président de l’U.D.C.C.A.S dément formellement les allégations contenues dans cette publication. En effet, il est dit que : « le président de l’U.D.C.C.A.S de Mayotte a revendiqué la possibilité de jouer un rôle majeur dans la conduite de cette action » Or, suite qui la réunion organisée par la préfecture le 9 février 2021 à la Case rôcher, tous les représentants des collectivités locales présentes ce jour, ont déploré lors de cette rencontre « le manque de concertation préalable » et ce postulat a été retranscrit dans un courrier cosigné par l’Association des Maires de Mayotte et de l’U.D.C.C.A.S.

Il est dit aussi que : « le Président de l’U.D.C.C.A.S vient de décliner cette mission en raison des responsabilités qui en découlent. » Nous nous inscrivons en faux face de tels propos qui ont visiblement comme seul objectif de jeter le discrédit en la personne du Président de l’U.D.C.C.A.S. Nous tenons à rappeler que conformément à nos statuts, nos missions doivent être conformes à l’article 2 du statut du 15 juin 2016 de l’Union Nationale des CCAS (UNCCAS). Ce dernier précise qu’il faut : « (…) coordonner l’action de ses membres et de la soutenir par le développement, la structuration et l’animation du réseau local qu’ils constituent (…) ».

Tous nos échanges avec les services de la préfecture ne visent qu’un seul objectif depuis plus d’une semaine : avoir des réunions de travail concertées avec les autorités locales afin de définir un cadre conventionnel partagé, dans le but de mener une campagne à la hauteur des enjeux sanitaires. Ce qui ne semble pas trouver le même écho chez nos interlocuteurs de la préfecture qui ne prennent que partiellement nos sollicitations afin que nous gagner du temps en réunissant les acteurs locaux pour produire cadre convention idoine. Nous faisons le triste constat du manque total de considération de nos institutions territoriales, caché derrière des postures de façade alors même que la situation se dégrade de jour en jour et que les Maires et leurs CCAS sont plus que jamais mobilisés pour les personnes en situation de vulnérabilité, en demandant un cadre d’action réglementaire et les moyens d’agir efficacement dans le strict respect des mesures sanitaires.

Said SALIM, président de l’UDCCAS de Mayotte.

Articles associés