Top pub
Top pub
Top pub

« L’hôpital de Kahani risque d’être en rupture de médecins de garde »

S
13h24 : Depuis que la grève a débuté, les syndicalistes affichent leurs revendications en barrant les routes et mettent un point d’honneur à ne pas affronter les forces de l’ordre. L’île est donc paralysée depuis une dizaine de jours. Si les syndicalistes insistent sur le fait de laisser passer les urgences et le personnel médical, ce n’est pas le cas sur tous les barrages, comme en témoignent de nombreux messages d’infirmiers et de médecins, que l’on a pu recevoir.

Nous avons notamment recueilli le témoignage d’une infirmière de l’hôpital de Kahani, qui s’indigne de ne pas pouvoir franchir certains barrages même sur présentation de sa carte professionnelle. De ce fait plus de la moitié des effectifs de l’hôpital de Kahani n’a pu se rendre au travail ce matin. Cette infirmière ajoute que « ce soir il risque de ne pas y avoir de médecins de garde à l’hôpital de Kahani. »

Une autre dérive de la grève, que les grévistes ne semblent pas mesurer.

Articles associés