septembre 21, 2019

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Les salariés non-grévistes de Mayco écrivent au préfet

16h15:

mayco

Par le biais d’un courrier, des salariés non-grévistes de l’entreprise Mayco en appelle au préfet de Mayotte. Ils écrivent ainsi: « voilà 3 mois révolus que l’entreprise MAYCO est en grève, 3 mois pendant lesquels ses 130 employés, quels que soient leurs idéaux ou leurs partis pris dans ce mouvement, endurent ce moment très difficile. Mais cela fait également 3 mois pendant lesquels, si le droit de grève est exercé quotidiennement, c’est sous une forme qui est malheureusement au détriment d’un autre droit constitutionnel tout aussi fondamental : le droit de travail.

3 mois que le mouvement, par ses actions quotidiennes, nous interdit d’exercer notre droit sans blocages, intimidations ou menaces. Mais cela fait également 2 mois que la justice a constaté ces actions et les a jugées illégales. 2 mois que nous voyions défiler les gendarmes devant nos portes, qui constatent quotidiennement les blocages répétés de nos portails, nos camions, nos clients, et plus récemment de nous-mêmes, salariés souhaitant travailler, à qui des personnes interdisent l’accès à notre lieu de travail sans que rien ne leur soit dit. »

Les signataires n’hésitent pas à mettre en cause le préfet Frederic Veau en ajoutant: « 2 mois que nous, salariés souhaitant travailler, attendons de pouvoir exercer notre droit simplement, mais constatons quotidiennement que cette décision n’est pas partagée. Alors aujourd’hui nous demandons humblement : pourquoi ?

Pourquoi autoriser, par votre absence, tous ces blocages et menaces ? Pourquoi cautionner, par votre silence, cette interdiction de travailler ? Alors nous vous écrivons aujourd’hui, Monsieur le Préfet, en espérant avoir une réponse à cette question : pourquoi ne pas nous permettre de travailler ? »

Articles associés