Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Les salariés du groupe IBS affirment ne jamais avoir reçu « de propositions du groupe VINCI »

9H02 :

img-20190806-wa00017055533518206154686.jpg

COMMUNIQUE DE PRESSE IBS :

Nous les salariés d’IBS tenions à informer la population mahoraise que, contrairement à ce qui a pu être écrit dans une certaine presse, il ne s’agissait pas pour nous de faire acte de violence ou de faire pression sur la justice, mais bien de trouver des solutions pacifiques dans le conflit qui nous oppose au groupe VINCI.

Dans cet esprit et faisant suite aux blocages qui ont eu lieu, une rencontre s’est tenue ce jour en présence du Préfet de Mayotte, Délégué du gouvernement, du Sous-préfet, du Directeur de la DIECCTE et de son adjointe, et du Directeur adjoint de la DEAL.

Cette rencontre marque une avancée dans cette affaire sensible qui menace directement l’emploi de 300 salariés, de 50 sous-traitants et autant de familles qui s’y rattachent. Ce progrès doit permettre d’engager un dialogue en espérant que des solutions durables soit trouvées.

Nous regrettons par ailleurs qu’un avocat du barreau de Paris ait pu dire au Président du Tribunal Administratif et à la presse qu’il n’y avait aucun problème pour la sauvegarde de nos emplois. Or, nous n’avons jamais eu de communication ni de propositions du groupe VINCI quant à nos emplois. D’ailleurs, VINCI dit grotesquement au Tribunal qu’il fallait d’abord nous expulser, et qu’ensuite on négocierait pour nos emplois …

La DEAL qui a en charge les dossiers de carrières nous a aussi informé qu’à l’heure actuelle VINCI n’a déposé aucune demande d’autorisation d’exploitation. VINCI ne pourra donc pas exploiter la carrière avant longtemps. Ce qui signifie que la seule chose que VINCI peut nous proposer, c’est le chômage.

Nous remercions encore une fois le Préfet de Mayotte pour son écoute, et nous demandons à tout ceux qui ne connaissent ni notre histoire ni notre souffrance de cesser de colporter des mensonges, et souhaitons nous excuser auprès de la population mahoraise pour la gêne occasionnée.

Les salariés IBS

Articles associés