Top pub
Top pub
Top pub

Les Sadois ne veulent plus du pont de Mangajou… Ni de l’immigration

Ce matin, des villageois.es de Sada ont bloqué la route, protestant contre le pont de Mangajou, trop étroit. Avant d’embrayer sur l’immigration et la délinquance…

Très tôt ce matin, une cinquantaine d’habitants de Sada érigeait un barrage sur le pont de Mangajou, paralysant ainsi une bonne partie du trafic. Ils réclamaient l’élargissement du pont, véritable fléau causant de longues files d’attente aux heures de pointe. Pas de heurts à relever, nous explique la gendarmerie, mais une forte congestion de la zone, entraînant une paralysie routière plus importante encore qu’à l’accoutumée.

Les habitants ont exigé que la DEAL et la préfecture viennent sur place, notamment le préfet lui-même. Ce dernier n’ayant pu se déplacer – la matinée d’hier était chargée – c’est finalement le SGAR et la municipalité qui se rendaient sur place pour échanger avec la population. Mais la conversation s’est vite éloignée de la problématique initiale d’urbanisme liée au pont de Mangajou. Au fur et à mesure des conversations, le débat s’est orienté sur des thématiques propres à Mayotte : insécurité, immigration…

Une revendication qui change drastiquement de cap, au point que la population et la délégation partaient en début d’après-midi pour désigner les endroits habités par des étrangers en situation irrégulières…

Articles associés