janvier 28, 2021

Top pub
Top pub

Le préfet communique sur les heurts de Dzoumogné

Dzoumogné

421e2566-647f-49bc-884e-43963d043eea

11h04 – Une nouvelle fois, la commune de Dzoumogné est la proie de heurts entre bandes de jeunes et qui ont appelé l’intervention des forces de l’ordre. Face à la situation et de manière très rapide, le préfet délégué du gouvernement communique :

“Ce matin, des affrontements entre jeunes ont éclaté aux abords du lycée de Dzoumogné, sur la commune de Bandraboua. Les forces de gendarmerie sont intervenues rapidement en interposition afin de protéger les lycéens et de garantir le fonctionnement normal de l’établissement. Par la suite, plusieurs dizaines de jeunes ont tenté d’ériger des barrages à 2 reprises sur la route nationale, immédiatement démontés par les gendarmes sur place.
Jean-François COLOMBET, Préfet de Mayotte et Délégué du Gouvernement, a donné des instructions très fermes aux forces de l’ordre, afin que la circulation ne soit pas entravée et que les meneurs de ces bandes soient interpellés sans délai.
Pour ce faire, de nombreux renforts ont convergé vers Dzoumogné : outre la cinquantaine de gendarmes départementaux et mobiles déjà sur place, le Préfet de Mayotte a autorisé le déploiement de l’hélicoptère de la gendarmerie et l’emploi d’un véhicule blindé (VBRG). Par ailleurs, des éléments de l’Antenne GIGN et du PSIG de Koungou sont arrivés sur les lieux pour procéder à des interpellations. Un meneur a déjà été appréhendé et placé en garde à vue.
Le Préfet de Mayotte a échangé avec M. Ahamada FAHARDINE, maire de Bandraboua. Leurs analyses quant à ce phénomène violent sont concordantes. En réponse, le maire de Bandraboua organisera dès aujourd’hui une réunion locale avec les forces de l’ordre et les associations afin de définir les causes de cette flambée de violences et d’y apporter des solutions.
Jean-François COLOMBET remercie très sincèrement les forces de la gendarmerie nationale pour leur engagement efficace et appelle à la mobilisation de tous pour répondre fermement aux actes de violence perpétrés aujourd’hui par ces jeunes”.

Articles associés