septembre 30, 2022

Top pub
Top pub

Le Medef Mayotte demande des aides aux autorités et se fait force de propositions

“Face à la flambée des prix du carburant, le monde économique et la population se réjouissent des efforts collectifs de l’État, du Conseil Départemental et de TotalEnergies apportés dans les mesures d’accompagnement, soit 61 centimes de remise à la pompe et au litre depuis le 1er septembre 2022.

Mayotte est le seul département ultramarin à bénéficier de la remise de 20 centimes de TotalEnergies grâce à sa situation de seul fournisseur de carburant sur notre territoire. 

Nous attendons de l’Etat, du Conseil Départemental et de TotalEnergies une poursuite de ces efforts auprès des professionnels du transport comme pour ceux de la pêche. 

En effet, le carburant détaxé prend tout son sens en apportant un soutien vital aux entreprises se trouvant en grande difficulté économique (temps passé dans les embouteillages monstrueux, caillassages des bus scolaires, barrages routiers,…)

Le carburant détaxé est un sujet qui doit donner lieu à des sérieuses études pour la survie de l’économie locale.

Au regard de la situation de précarité que connaît Mayotte, département français le plus pauvre, il peut être fait le constat que nous payons à la pompe en septembre 2022 un prix plus juste et plus abordable du carburant pour nos bourses.

En attendant l’alignement des minimas sociaux, il conviendrait de trouver des moyens similaires pérennes et visibles pour contribuer à une suppression progressive de la vie chère.

L’État et le Conseil Départemental en ont fait la démonstration via ce dispositif qui a permis une baisse immédiate, visible et accessible à tous. 

Le montant du RSA doit être à 100% si nous voulons combattre la pauvreté dans notre département. L’État et le Conseil Départemental en ont les moyens, comme en Guyane.

Les entreprises feront des efforts si le gouvernement les accompagne en conservant le CICE majoré et en mettant en place des exonérations de charges sociales adaptées, seuls outils qui préserveront une économie encore trop fragile. 

L’attractivité de notre territoire doit passer par des exonérations autres que celles des bas salaires seuls. 

Le coût du fret doit être subventionné car il a considérablement triplé en moyenne depuis deux ans. 700€ de remise de fret par conteneur demeure un effet de leurre qui ne se fera aucunement sentir.

Tout comme en Corse la continuité territoriale a un coût et doit être compensée.

Une population si pauvre ne pourra survivre face à la hausse des prix exponentielle des produits de base (huiles, poissons, viandes,…)

 Il y a trop de projets immobiliers qui meurent morts-nés en silence, alors que les habitants de Mayotte ont besoin de logements de qualité salubres à des prix abordables. L’ESH AL’MA saura le démontrer dans un futur proche en construisant 5000 logements sur l’île.”

Articles associés