Top pub
Top pub
Top pub

Le FC Mtsapéré perd contre Romorantin et est éliminé

Au terme d’une rencontre hachée, les joueurs du FCM doivent s’incliner face au SO Romorantin (2-0) en 32èmes de finale de Coupe de France. Les Diables rouges n’ont pourtant pas démérité, et peuvent rentrer sur l’île au lagon la tête haute.

Les circonstances, pour le FCM, étaient largement défavorables. En effet, l’équipe était hier dirigée par Chaquir Ibrahim, l’entraîneur Abidi Massoundi étant resté à Mayotte après avoir été testé positif, comme quatre joueurs habituellement titulaires. De plus, un joueur mahorais s’est blessé durant la courte préparation de trois jours en métropole.

Avec une assez belle pelouse et une température de 17 degrés, les Diables rouges abordaient cette rencontre historique en 4-2-3-1, jouant bas et attendant des possibilités de contres. « On a mis du temps à rentrer dans le match, les joueurs étaient crispés », regrette l’entraîneur adjoint. Ce sont bien les Romorantinais qui ouvrent la marque à la 13ème minute, sur un beau centre atterrissant sur la tête d’Arnold Abelinti, international guyanais, qui propulse la balle au fond des filets.

Le deuxième but est marqué par Anthony Payet, le frère de Dimitri, joueur de l’OM et de l’équipe de France, à la 18ème. Après ces deux buts, les joueurs mahorais se libèrent un peu plus, et ce sont les joueurs du SOR qui jouent en contres. Ils frappent encore sur la barre transversale à la 36ème, et Mickael Salim doit s’employer pour détourner une grosse frappe quelques minutes après. Juste avant la mi-temps, le numéro 9 de Mtsapéré crée la première occasion de son équipe, après un crochet dans la surface, et une frappe qui finit malheureusement dans le petit filet.

La deuxième mi-temps, plus fade, voit les joueurs des deux équipes marqués par la fatigue. Si les Mtsapérois n’ont en effet eu que trois jours pour s’entraîner, le SO Romorantin reprenait hier, après trois mois d’arrêt suite à la crise sanitaire. A la 83ème minute, le virevoltant Schneider paraît être fauché dans la surface, redonnant une lueur d’espoir au FCM, qui croit au penalty. « Il y avait péno ! », clame Chaquir Ibrahim.

Malheureusement, il n’y a pas faute et l’arbitre donne un carton jaune au numéro 7 mtsapérois. Trois minutes après, le SOR passe tout près d’inscrire un troisième but. Le match s’achève finalement sur une note « d’amertume », comme le déclare l’entraîneur adjoint du FCM : « Je suis fier de ce parcours mais on voulait plus que ce 32ème. Je n’arrive pas à avaler ça, la possibilité d’aller en 16ème était réelle, même diminués. »

Articles associés