septembre 30, 2022

Top pub
Top pub

L’ARS Océan Indien adopte le Projet de Santé 2018-2028 pour La Réunion et pour Mayotte

16h00:

Capture d’écran 2018-07-02 à 16.12.55

En début d’après midi, le Projet de Santé Réunion Mayotte 2018-2028 a été officiellement présenté. Il constitue la feuille de route de l’ARS Océan Indien et de ses partenaires pour améliorer la santé des Mahorais et des Réunionnais pour les dix prochaines années. Dix-huit mois de travaux, d’échanges et de concertations ont été nécessaires à son écriture, avec le concours des acteurs de santé, des associations d’usagers et des pouvoirs publics de La Réunion et de Mayotte.

Un Cadre d’Orientations Stratégiques (COS) à 10 ans

Ce PRS fixe les huit orientations stratégiques prioritaires pour améliorer la santé de la population et le fonctionnement du système de santé :

  • La santé des femmes, des couples et des enfants
  • La préservation de la santé des jeunes
  • La santé nutritionnelle
  • La qualité de vie et la santé des personnes âgées et des personnes handicapées
  • La promotion et la protection de la santé mentale
  • La prévention et la prise en charge des maladies chroniques
  • L’environnement au service de la santé
  • Le renforcement de la veille sanitaire et de la réponse aux situations exceptionnelles en territoire insulaire

Un Schéma de santé (SRS), décliné en 5 volets (2018-2023)

Les orientations stratégiques définies dans le COS sont déclinées en objectifs opérationnels, avec des actions à conduire pour les cinq prochaines années. Il définit les évolutions attendues de l’offre de soins, de la prévention et des accompagnements médico-sociaux. Il porte également des orientations sur la disponibilité et la formation des professionnels de santé, la e-santé et l’innovation, la veille et la sécurité sanitaire.

Un Programme pour l’accès à la prévention et aux soins des plus démunis (PRAPS), décliné en 2 volets (2018-2023)

Défini pour 5 ans, il vise à réduire les inégalités sociales de santé, en définissant des actions spécifiques à destination des personnes vulnérables ou en grande précarité. Il associe toutes les institutions contribuant à la cohésion sociale et à la lutte contre l’exclusion. Le Projet de Santé sera mis en œuvre dès son adoption. Plusieurs chantiers, parmi d’autres, seront ainsi ouverts ou poursuivis dans les prochains mois, illustrant cette nouvelle politique de santé pour nos territoires :

  • Les droits et le rôle des usagers
    Organisation d’une journée régionale, avec les associations d’usagers de la santé et les professionnels, pour promouvoir le rôle des patients comme acteur de leur santé et de leurs soins, et renforcer la connaissance de leurs droits.
  • Le travail collaboratif des professionnels de ville 
    Un appel à projet pour soutenir la création de Communautés Territoriales Professionnelles de Santé, offrant un cadre de coopération entre les professionnels de santé, mobilisés autour de pathologies ou thématiques, et conscients de l’impératif d’une meilleure articulation de leurs interventions.
  • L’amélioration de la santé périnatale 
    Ouverture d’une conférence régionale sur les pratiques et parcours de soins en périnatalité, pour partager un diagnostic de la santé périnatale, aujourd’hui très insuffisante, et mettre en œuvre des actions concrètes de renforcement du suivi des femmes enceintes et de réduction des risques liés à la grossesse et à la naissance.
  • L’augmentation de l’offre de santé mentale 
    Autorisation d’un nouvel établissement de psychiatrie sur la zone Nord-Est de l’Ile, en première réponse au déficit actuel de l’offre.
  • Le numérique au service de la qualité des soins
    Mise en œuvre du projet Gécoplaies, porté par les professionnels de ville, pour disposer à distance, et au chevet du patient, d’une expertise sur les soins des plaies complexes.
  • La prévention du vieillissement 
    Définition et mise en œuvre d’une grille de repérage précoce des risques de dépendance chez la personne âgée, partagée par l’ensemble des intervenants, afin de prévenir et d’accompagner au plus tôt la perte d’autonomie.
  • L’accès à la santé des personnes en situation de handicap
    Ouverture d’un appel à projet pour financer des consultations dédiées, en ville ou à l’hôpital, afin de permettre aux patients, malgré leurs handicaps, de bénéficier, en proximité, de soins de 1errecours ou spécialisés (radiologie, soins dentaires, suivi gynécologique…).

Articles associés