janvier 23, 2021

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Des milliers de bouteilles de gel hydroalcoolique jugées non conformes

1298610-checknews-gel

6h23 – Pendant le premier pic de la pandémie en France, les masques et le gel hydroacoolique faisaient défaut. Il n’y en avait pas pour tout le monde et il avait été nécessaire de trouver des lignes de productions partout à travers le monde, en Chine, en Inde, à Madagascar…

Il fallait faire face au virus et les besoins de ce type de produits relevaient de l’urgence la plus absolue.

Depuis, en tout cas pour le cas de Mayotte e particulier, la situation s’est stabilisée, les masques sont là, les gels également. Mais tout n’est pas si rose, car après la crise, l’heure passe aux contrôles des produits.
La préfecture vient ainsi de prendre un arrêté en ce sens. Celui-ci est motivé de la manière suivante : “considérant que dans le contexte d’état d’urgence sanitaire que connaît actuellement le département de Mayotte, une attention particulière est accordée aux produits d’hygiène liés à la lutte contre la COVID-19 par les services de l’Etat ; que la DIECCTE de Mayotte a été informée par la douane de Mayotte de l’importation par la société M., de 1800 bouteilles de 1 litre (lot 11015-06-20) et 250 cartons de 12 bouteilles de 500 ml (lot 11025-05-20) de gel hydroalcooliques en provenance de Madagascar, fabriqués par la société malgache SOMAPRO. Considérant que la fiche de données de sécurité accompagnant les deux lots (lot 110 15-06-20 et lot 025-05-20) de produits à l’importation annonçait une teneur en éthanol de 50 à 60 % v/v ; que ce taux de concentration de la substance active annoncé soulevait un doute quant à l’efficacité biocide de la substance active contenue dans le produit…”

En clair, il y avait un doute sur l’efficacité du produit, en tout cas du lot dont la teneur en éthanol était inférieure aux taux préconisés par I’AFSSAPS de 60 à 70 % v/v

“Cette concentration de la substance active du produit ne permet pas une asepsie suffisante pour l’utilisateur et entraîne un risque de contamination bactérienne et virale qui rend ce produit dangereux à l’usage” indiquent ainsi les autorités sanitaires.

C’est pourquoi, ces dernières ordonnent et ce, dans les meilleurs délais, la destruction des 1800 bouteilles de 1 litre (lot 15-06-20) de solution hydroalcoolique reconnus non conformes et dangereux.

Le principe de précaution s’applique mais il est bon aussi de savoir que tous les produits proposés à la vente peuvent présenter des défauts et qu’il convient de toujours demeurer vigilants.

Articles associés