janvier 25, 2021

Top pub
Top pub
Top pub
Top pub
Top pub

Le maire de Mamoudzou et le Conseil cadial unis contre la délinquance

Ce matin, le maire de Mamoudzou et le Conseil cadial ont signé une convention de partenariat.

Politique et religieux unis contre les incivilités. À l’hôtel de ville de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le maire de la ville, était entouré d’Issa Issa Abdou, 4ème vice-président du Conseil départemental, et d’un représentant du Grand Cadi, ce dernier n’ayant pas pu être présent.

Le but de cette Convention de partenariat, explique le maire de Mamoudzou, est de « favoriser la cohésion sociale et le vivre-ensemble ». Même son de cloche du côté d’Issa Abdou, qui regrette que la délinquance à Mayotte ait atteint « un niveau inédit. Les acteurs de la vie quotidienne que nous sommes se doivent de réagir ».

Ainsi, ce partenariat doit permettre aux cadis et autres foundis de prévenir la délinquance. « Nous sommes à la recherche de paix, de stabilité et de fraternité, déclare le représentant du Grand Cadi. Sans ces facteurs, il n’y a pas de développement. Il faut la paix pour avoir l’abondance. » Les sourates qu’il récite ensuite, sur le bien-être et le rapport à Allah, sont dans la même veine que les discours de MM. Soumaila et Issa Abdou.

Religieux et politiques, main dans la main

Ces derniers soulignent aussi le rôle des organisations locales à Mayotte. « Nous travaillons avec les médiateurs dans la lutte contre la délinquance, et plus particulièrement la délinquance juvénile », affirme Ambdilwahedou Soumaila. Issa Abdou abonde en ce sens, en préférant la prévention à la répression, en termes de sécurité :  » C’est le rôle des parents, des éducateurs, de l’école, et des conseils locaux de prévenir cette délinquance ».

À l’instar de Tsingoni, Mamoudzou s’arme donc de la spiritualité du Conseil cadial pour lutter contre les incivilités. Une collaboration qui, comme le rappellent les trois hommes ce matin, ne sera efficace qu’avec une coordination de toutes les institutions mahoraises. « Un religieux qui ne s’intéresse pas à la politique fait une erreur. Mais le contraire est vrai aussi », conclut le représentant du Grand Cadi. Surtout à Mayotte, territoire éminemment spirituel.

Articles associés