octobre 22, 2020

Top pub
Top pub

Communiqué : Réalité économique et sociale du secteur culturel à Mayotte en pleine crise de coronavirus

09h00 :

Capture d’écran 2020-04-02 à 16.00.57

Le collectif LES ARTS CONFONDUS œuvre, depuis plus d’un an, pour la reconnaissance du secteur de la culture (traditionnelle, contemporaine, urbaine) à Mayotte et défend les intérêts des professionnels du spectacle, qui participent au développement économique et social, ainsi qu’à l’attractivité du 101ème département français.
tence.

Face à l’ampleur de la crise du Coronavirus, les acteurs culturels à Mayotte sont touchés par l’annulation de leurs activités, ayant des conséquences économiques et sociales pour ce secteur en construction. Ce dernier, déjà fragilisé par l’absence d’équité en terme de régime social, de formation, de statut des professionnels des métiers de la culture, par rapport aux autres départements français, se voit, pour ces mêmes raisons, exclu d’une très grande partie des mesures d’aides dédiées aux entreprises et aux professionnels de la culture, annoncées au niveau national. De plus, ces aides ne tiennent pas compte des particularités du secteur culturel à Mayotte, mettant en danger leur existence.

Afin d’alerter les institutions et les collectivités, le collectif LES ARTS CONFONDUS a réalisé une enquête d’impact sur l’activité des acteurs culturels à Mayotte, portant sur la période concernée par les annulations du 16 mars au 31 mai 2020. 21 structures du secteur privé et public ont répondu (hors secteur du livre et de la lecture pour lequel une enquête dédiée est en cours).

Elles représentent 74 emplois, dont 49 permanents et 25 CDD qui ne pourront pas être conclus ou renouvelés (à noter que 5 structures envisagent d’avoir recours au chômage partiel – démarches en cours accompagnées par la CRESS).
3 098 heures d’ateliers artistiques ne pourront pas être réalisées, dont 1129 heures pourraient être reportées. Ces négociations ne peuvent avoir lieu actuellement, compte tenu de l’incertitude quant à la durée du confinement et à l’organisation des établissements scolaires et des structures d’accueil, à l’issue de cette période.
78 spectacles ou événements n’auront pas lieu (à Mayotte, en métropole et à l’étranger). Sur ce nombre, seulement 36 spectacles ou événements pourraient être reportés.
1 108 heures de techniciens du spectacle non réalisées, dont seulement 250 heures pourraient être reportées (ces heures touchent quasi en majorité des petites entreprises prestataires de services ne bénéficiant pas du régime d’intermittence à Mayotte). 8 résidences ou laboratoires de création non effectuées dont 6 pourraient être reportées.

Le budget estimé pour ces activités artistiques non réalisées (incluant les recettes ou chiffre d’affaires) est de 314 412 € . Vient s’ajouter à cela une perte indirecte pour l’économie mahoraise, correspondant aux prestations extérieures (transport, restauration, hébergement…) prévues pour des entreprises hors champ culturel, qui est estimée au minimum à 94 800 €.

Dans ce contexte, le collectif souhaite que les institutions et les collectivités portent une attention particulière au secteur de la culture à Mayotte, pendant et après la crise.

La Direction des Affaires Culturelles de Mayotte, le Rectorat ainsi que le CUFR ont déjà fait savoir par un communiqué à destination des acteurs culturels de Mayotte que « Les subventions qui sont dues, dans le cadre de l’appel à projets DAC/Rectorat 2019/2020, des conventions pluriannuelles d’objectifs avec la DAC Mayotte et des aides à la création et aux résidences de création, seront versées intégralement. Suivant la date de reprise possible des activités culturelles impliquant le public, vous êtes invités à échanger avec vos partenaires, afin de redéployer au maximum les séances non réalisées, en fin d’année scolaire et universitaire ou au début de l’année scolaire et universitaire 2020/21. Toutes les initiatives utilisant le numérique, les réseaux sociaux ou les médias locaux, afin de maintenir un lien avec les élèves et les étudiants, pendant la période de confinement, sont encouragées. Si les consignes du gouvernement pour lutter contre le COVID-19 ne permettent pas de reprendre les activités culturelles en milieu scolaire et à l’université, les heures commandées et non effectuées sur la période de confinement seront payées. »

Le collectif LES ARTS CONFONDUS remercie la DAC Mayotte, le Rectorat et le CUFR pour leur soutien. Cependant, ces financements ne concernent qu’une partie des activités des structures culturelles, qui dépendent également d’autres financements de services de l’Etat et des collectivités.

Le Conseil départemental a annoncé des aides exceptionnelles aux entreprises. Le collectif espère que le secteur culturel ne sera pas oublié, d’autant que la plateforme dématérialisée pour les demandes de subventions annuelles vient tout juste d’ouvrir, retardant les attributions des financements annuels.

Enfin, le secteur privé qui participe également au financement des activités culturelles à Mayotte, est mis à mal dans cette crise sans précédent et il est à craindre qu’il ne pourra pas honorer les soutiens financiers ou les prestations prévues.

Dans ce contexte, le collectif LES ARTS CONFONDUS souhaite que l’ensemble des institutions et collectivités se mobilise pour que les mesures de soutien concernent l’ensemble des structures du secteur culturel de Mayotte. De plus, le collectif demande des aides complémentaires pour répondre à la particularité de ce secteur à Mayotte qui ne dispose pas d’une équité de droit et d’aucune feuille de route, pourtant indispensable à la construction d’un écosystème du secteur de la culture à Mayotte, dans laquelle les institutions en charge de la culture mais également de la jeunesse, doivent être structurées à la hauteur des enjeux de développement du territoire et d’émancipation de ses citoyens.

Articles associés