septembre 19, 2018

Top pub
Top pub
Top pub

Communiqué du Grand Cadi et de l’association Mayotte, île propre

18h50 :

Capture d’écran 2018-07-12 à 11.22.54 Vues aériennes Mayotte – 22 avril 2008 au matin

Le Grand Cadi de Mayotte, Nourdine Bacar et le Vice-président de l’association Mayotte, île propre, Éric Naudin, ont décidé de s’unir afin d’alerter la population sur l’urgence de changer les comportements afin de préserver mère nature. Voici l’intégralité de leur communiqué:

« Protection de l’environnement et santé publique

Depuis l’Antiquité, nous savons l’importance de vivre dans un environnement propre qui va nous fournir de l’eau et une alimentation salubres et nous garantir une bonne qualité de l’air pour assurer notre santé donc la prospérité et la croissance. Nous connaissons aussi depuis longtemps les animaux qui transmettent des maladies.

Nous savons et pourtant notre île est sale ! Les déchets sont partout dans nos rues, dans les fossés bordant nos routes, dans nos rivières et dans nos forêts. Ces déchets entraînent la prolifération des moustiques et des rats. Les moustiques sont les vecteurs de la malaria (aussi appelé paludisme), du chikungunya, de la dengue, … et les rats sont les vecteurs, à Mayotte, de la leptospirose. (D’un seul cas de malaria en 2014, nous sommes passés à une vingtaine de cas en 2016 et 2017 dont des cas autochtones.)

Les maladies liées aux eaux souillées sont également présentes à Mayotte (gastro-entérite, hépatite A, fièvre typhoïde, choléra). La crise de l’eau en 2017 a cruellement révélée l’importance d’avoir accès à une eau saine et l’importance de respecter les règles élémentaires d’hygiène. Les spécialistes de la santé publique font tous le même constat, la propagation de ces maladies est notamment favorisée par le manque d’hygiène et l’amoncellement de déchets partout sur notre île. Les conséquences sont dramatiques, un seul chiffre pour le montrer : le taux de mortalité infantile est à Mayotte d’environ 13‰ contre environ 3‰ en France métropolitaine.

Qui est responsable ? Nous tous !

Et pourtant, un petit effort de chacun pourrait grandement améliorer la situation.
Respectons et enseignons aux enfants les règles élémentaires d’hygiène (se laver les mains, se moucher, se laver les dents, …). Mettons nos déchets à la poubelle et cessons de les jeter n’importe où. Trions, compostons. Nettoyons nos trottoirs, nettoyons autour de chez nous.

Dans son hadith sur l’Émissaire d’Allah, Abi Dharr dit : « Le fait que tu écartes de la voie publique une pierre, une épine ou un os gênant le passage des gens, c’est pour toi une aumône. » (Al Bayhaqi)
Plantons des arbres pour notamment assurer nos réserves en eau. L’envoyé de Dieu a dit « tout musulman qui plante un arbre ou cultive une terre aura accompli un acte de charité, si un homme, un oiseau ou un animal s’en nourrit » (Hadith rapporté par Sahih al- Boukhari et Sahih Mouslim).
Il a également dit « Quiconque plante un arbre aura accompli un acte de charité, quand bien même aucun être humain ni aucune autre créature de Dieu ne s’en nourrirait » (Hadith authentique relaté par l’imam Ahmad dans son Mousnad et par Tabarani dans al-Mu’jam al-Kabir). Au monde économique de penser au traitement des déchets que deviendront tous les produits importés et de limiter l’importation des plastiques. (Par exemple, avons-nous besoin d’une paille en plastique pour boire ?)
Aux élus du département et des communes d’engager au plus vite les travaux de construction d’infrastructures pour le traitement des eaux usées, d’améliorer la collecte des déchets ménagers et des encombrants, de faire ramasser les centaines de carcasses de véhicules disséminées sur le territoire et de créer des déchetteries. Vivre dans un environnement propre, c’est améliorer notre santé et notre bien-être mais c’est aussi favoriser le développement économique de notre île et favoriser le lien social. »

Articles associés