Top pub
Top pub

Collectif de Mayotte : soutien à la concurrence aérienne et appel au désenclavement de Mayotte

17h15 :

mayotte ciel

Communiqué du collectif de Mayotte

Depuis l’Automne 2017, plusieurs associations et citoyens du département de Mayotte se sont fédérés en Collectif des Citoyens de Mayotte pour peser sur le débat public et défendre les intérêts de la population mahoraise. Avec cette mission à cœur, nous nous battons pour le désenclavement aérien de notre île et une concurrence réelle permettant à tous de circuler librement, sans subir la rançon de tarifs exorbitants.

Le Collectif des Citoyens de Mayotte a rencontré ce jour les représentants de la mission chargée de la Concurrence envoyée sur notre île. Parmi les sujets évoqués, nous avons exprimé notre soutien à la concurrence aérienne et lancé un appel au désenclavement de Mayotte. Malgré les promesses gouvernementales, les nombreuses missions d’experts de tous poils et études répétées de la desserte aérienne de Mayotte, notre île et ses habitants commencent malheureusement l’année 2019 en position d’otage du monopole aérien d’Air Austral.

Air Austral, dont l’actionnaire majoritaire Sematra (qui réunit le Conseil Général de la Réunion, le Conseil Régional de la Réunion et la Chambre de Commerce et de l’Industrie de la Réunion) est par un jeu d’alliances et d’actionnariat avec les compagnies aériennes régionales en situation de monopole pour desservir Mayotte. Depuis la fin de la liaison opérée par Corsair à l’été 2018, les consommateurs Mahorais observent une hausse des tarifs des prix des billets d’avion.

La publication de documents internes à la compagnie avec des propos injurieux envers « les Mahorais de base », le refus quasi-systématique de cette compagnie d’indemniser ses clients lors des fréquents retards et reports de vol (malgré la législation en vigueur) et la piètre qualité de son service à bord (repas servis congelés et à peine comestibles, peu de boissons distribuées sur des vols longs courriers, personnel incapable de s’exprimer en shimaoré ou shibushi) ou encore l’inscription de «Nationalité: Mayotte» (sic) sur le site internet … autant de décisions qui traduisent le mépris institutionnel des Mahoraises et des Mahorais par cette compagnie réunionnaise qui s’est enrichie et qui continue de s’enrichir sur le dos de Mayotte. Le ciel Mahorais est colonisé par Air Austral !

Alors que nous demandons à corps et à cri depuis des décennies une piste aérienne capable d’accueillir tous les appareils et adaptée au trafic croissant, nos appels restent vains. La puissance publique multiplie les manœuvres dilatoires et les rapports qui tombent aux oubliettes quand elle ne préfère pas à la libre circulation de ses ressortissants la protection d’une douzaine de dugongs qui batifolent paisiblement dans notre lagon.

Perdue dans le Canal du Mozambique, Mayotte est à 1,435 km de Saint-Denis de la Réunion et 8,039 km de Paris : notre isolement géographique n’est pas une fatalité insurmontable si nous disposons de moyens de transports aériens abordables et fréquents. Les Mahoraises et les Mahorais doivent quitter leur île pour se soigner, pour étudier, se former, parfois continuer leur carrière professionnelle, mais aussi pour découvrir de nouveaux horizons, ou rejoindre nos familles installées ailleurs.

Pour tout cela, nous sommes tenus de prendre l’avion. Réunissant nos économies péniblement gagnées à la sueur de notre front, cotisant pour retrouver les parents que nous n’avons pas vus depuis de longs mois ou de longues années et fouler la terre qui nous a vu naître ou celle qui accueille l’être aimé, nous devons acheter un billet d’avion. Et la somme payée pour ces billets d’avion est devenue une taxe exorbitante (et discriminante) pour accomplir des projets qui sont peu onéreux, simples et d’une grande banalité pour la majorité de nos compatriotes.

Nous ne pouvons rester passifs face à cette situation et seule la concurrence permettra à la population de s’émanciper, de voyager librement. Dans ce contexte, nous, Collectif des Citoyens de Mayotte, soutenons les démarches engagées par Julien Novou pour attirer de nouveaux opérateurs aériens sur notre île avec des prix abordables qui correspondent aux attentes et aux besoins des Mahoraises et des Mahorais. Nous espérons que French Bee ouvrira au plus vite une liaison aérienne entre Paris et Mayotte mais aussi le reste de la région pour contribuer au désenclavement de notre île et son essor économique. Nous espérons que 2019 sera l’année qui permettra à French Bee de goûter aux plaisirs de l’hospitalité mahoraise et à la beauté de nos paysages. Nous sommes impatients de vous souhaiter la bienvenue : Caribou French Bee!

Articles associés