Top pub
Top pub
Top pub

Caillassages de bus à Koungou : le Ministère de l’Intérieur communique

20h03

caillassage bus

Les lundi 27, mardi 28 et mercredi 29 janvier 2020, des bus ont été la cible de plusieurs caillassages, sur l’axe RN1, entre
TREVANI et KOUNGOU, occasionnant des dégâts matériels sur les véhicules et des retards importants dans la desserte des
élèves. Les individus, dissimulés dans les fourrés, profitaient du passage des autocars pour leur jeter des pierres.
Mercredi 29 janvier, vers 17h30, grâce à la participation active d’un témoin de la scène, qui les a retenus jusqu’à l’arrivée des
gendarmes de la BTA de KOUNGOU, les présumés auteurs ont finalement pu être interpellés. Au nombre de 06 et âgés de 11
à 12 ans, ils ont été conduits dans les locaux de la brigade.
Leurs parents, identifiés, les y rejoints, pour assister à leur audition, comme le prévoit la loi.
Présentés à l’issue, à un magistrat du TGI de MAMOUDZOU, ils vont faire l’objet d’une convocation ultérieure en justice.
Naturellement, les parents étant civilement responsables, pourront être condamnés à la réparation des dégâts occasionnés par
leurs enfants, à l’initiative des sociétés de transport qui ont subi un préjudice.
Ces circonstances illustrent on ne peut mieux, le résultat des carences éducatives qui permettent le passage à l’acte répété
d’actes dangereux, par de très jeunes enfants totalement irresponsables. Ces faits ont entrainé pendant toute la semaine écoulée,
des services de sécurisation des transports, déclinés notamment, par embarquement de gendarmes dans les bus, contrairement a
ce qui a pu être affirmé dans certains journaux.
Ils ont aussi mobilisé et continueront de le faire, autant que nécessaire, des patrouilles en service d’escorte de bus, qui pendant
ce temps, ne pouvaient agir ailleurs plus utilement, pour prévenir la délinquance.
L’action de la gendarmerie, pour la sécurisation de l’environnement scolaire, des transports jusqu’aux portes des
établissements, s‘accomplit quotidiennement, dans des conditions de moyens et d’effectifs adaptés à l’évolution des situations,
en partenariat étroit avec le rectorat et les transporteurs scolaires.
Elle ne saurait pallier les responsabilités portées par d’autres, dans le constat de la violence qui s’exerce dans l’environnement
scolaire de ce département.

Articles associés