juillet 03, 2022

Top pub
Top pub

Breakdance : Bboy Ankiff de Dembéni, finaliste du Battle of the year France

La finale de Battle Of The Year (Boty), c’était le week-end dernier à Montpellier. Mayotte avait qualifié ses finalistes il y a quelques semaines dans le cadre du Festival Hip Hop Évolution, ils ont pu seuls et en équipe défendre les couleurs de l’île au lagon.

La semaine fut intense et riche, rythmée par des répétitions, des masterclass, des conférences sur l’histoire du hip hop et bien sûr les battles qui se sont déroulés samedi 14 mai pour les one vs one et dimanche 15 mai pour les crews.

Après deux ans d’absence, cette édition 2022 du Battle of the year France a été d’un haut niveau. Mayotte a créé la surprise, samedi, avec Bboy Ankiff de Dembéni qui s’est hissé jusqu’en finale du battle one vs one. Il a donc été a deux doigts de représenter la France au Japon pour la finale internationale. Ce n’est que partie remise !

Deux autres danseurs de Mayotte, Bboy Kadax de Kahani et Bboy Djily de Labattoir ont aussi dignement représenté, sans pouvoir accéder aux quarts de finale.

La journée du dimanche était consacrée aux crews avec le groupe « Ça sent la fin » de Kahani, qui ont performé au show chorégraphique avec une énergie débordante, emmenant le public avec eux. Techniquement, le manque de finition et la précipitation de cette jeune équipe (6 des 8 danseurs en étaient à leur première participation) ne leur a pas permis d’atteindre le haut du tableau du classement. Mais avec le nouveau format du Boty France, ils ont pu passer en battle et ont affronté un crew mythique de la scène française, Tie Break de Lyon, qui a représenté la France au dernier Battle of the year international. En toute logique, Mayotte s’est inclinée avec la tête haute car il y a eu beaucoup d’engagement et de détermination jusqu’à la dernière seconde.

La révélation du crew mahorais est le jeune Bboy Naïm, 11 ans, qui, face à des danseurs lyonnais expérimentés et des milliers de spectateurs au Zénith, a fait preuve d’une grande maîtrise.

C’est donc une nouvelle expérience au plus haut niveau national qui positionne encore un peu plus Mayotte dans l’histoire du breakdance français.

« Ça sent la fin » de Kahani, représentant le crew de Mayotte au Battle of the year France

Articles associés